Comme un lundi ! Si ta semaine avait commencé difficilement, il y avait matière à se réveiller du côté de Sévelin. Le programme alléchant avec quatre groupes nécessitait de débuter les hostilités assez tôt, trop tôt oserais je puisque j’ai loupé le premier groupe, les finlandais de Grave Pleasures. A peine le temps d’arriver pendant le premier break que l’on me dit que cela a été monstrueux. Dommage.

Dans la salle, pas de crash barrières, donc il faut se faufiler devant. Heureusement le public est bien clairsemé à cette heure. Arrivent les musiciens de Thou. Plutôt souriants, mais le chanteur passe son temps face à son batteur dans une lumière faiblarde qui empêche toute photo correcte. Musicalement, c’est lourd, mais il manque à l’évidence quelque chose pour susciter mon intérêt. Trop commun. Les gars sur scène ont l’air plutôt sympas et plaisantent sur le fait qu’ils ont besoin d’une place pour dormir cette nuit. Ce ne sont pas les propositions qui affluent depuis le public. Y’a encore du boulot pour remettre en cause la hiérarchie de l’affiche du soir.

Avant leur concert, les mecs de Crowbar viennent eux même sur scène faire les derniers réglages. T-shirts Motörhead et mollets grassouillets surtatoués. Pas de doute ce sont bien eux. Pas de prise de tête de la part des légendes américaines. Kirk Windstein se pointe en espadrilles à carreau noir/blanc pour tester sa gratte. On se dit qu’il va se changer pour le concert…hé non il restera comme cela. Rien à prouver du côté de Crowbar juste l’envie de partager sa musique avec son public. Un set composé de nombreux classiques qui recevra un bel accueil avec mention spéciale au batteur qui avait une pêche d’enfer.

Même état d’esprit avec les musiciens de Converge qui viennent eux aussi vérifier leur matériel sur scène. Derrière eux, une énorme bâche marquée du nom du groupe. Pas de pied de micro pour le chanteur, on sent bien que cela va devenir autrement plus remuant que les groupes précédents. Egalement dans un tee shirt Motörhead, Jacob Bannon dégage une énergie dingue. Le premier morceau, Reptilian, n’a pas commencé depuis 30 secondes qu’il a déjà parcouru 12 kilomètres. Dans le public, cela bouge bien et les photographes regrettent vite l’absence des crash barrières. Mais la priorité est au spectacle avec un chanteur qui se tient à proximité immédiate de son public et auquel il tend son micro sur les refrains. Meilleur concert de la soirée, Converge méritait sa place de tête d’affiche. Au moment de rentrer, petite pensée pour le lendemain matin et le reste de la semaine dont le budget sommeil a été anéanti ce lundi soir.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.