Toujours le même line-up pour les Backyard Babies, les quatre Suédois qui viennent nous livrer leur huitième album en cette trentième année de carrière : ‘Sliver and Gold’. Véritable petite tornade d’énergie, le guitariste Dregen nous a livré les secrets de fabrication de celui-ci, et quelques autres souvenirs.


Qu’est ce que tu peux nous dire au sujet de cet album ?
Nous en sommes très content et il contient pas mal de diversité au niveau des chansons. On se réjouit qu’il sorte et que les fans puissent l’écouter. C’est notre… huitième album je crois ! Cela sonne étrange à mes oreilles mais cette année c’est notre trentième anniversaire ! Tu arrives à y croire ?

Vous avez changé de producteur depuis le dernier album. Qu’est ce qui vous a fait changer et qu’a-t-il apporté ?
Nous avons travaillé avec Chips Kiesbye cette fois, mais nous voulions le faire depuis plusieurs années en fait ! Le problème c’est qu’à chaque fois qu’on commençait un album, il était déjà occupé soit à tourner lui-même ou à produire un autre groupe, et quand il était libre, nous étions en tournée ! Cette collaboration a été géniale, c’est probablement mon producteur préféré et je pense qu’on va continuer à travailler avec lui à l’avenir pour les prochains albums des Backyard Babies.

La dernière fois qu’on a discuté, tu m’as dit que le processus d’enregistrement allait changer pour cet album. Peux-tu nous en dire plus ?
Normalement quand tu vas enregistrer un album, tu entres en studio avec dix à quinze titres et tu enregistres l’album en une fois, mais ça m’a souvent donné l’impression d’un processus trop ‘industriel’, et c’est difficile de se concentrer sur autant de chansons à la fois. Cette fois, on a fait les sessions d’enregistrement avec trois chansons à la fois seulement, et on a eu la sensation d’enregistrer plutôt trois EPs. Ça évite d’avoir ce sentiment que tu vas devoir escalader l’Everest quand tu commences un nouvel album.

On en parlait avant, c’est votre trentième anniversaire en 2019 ! Vous avez prévu quelque chose de spécial pour célébrer ça ?
Pas plus que d’habitude, on va partir en tournée et s’amuser ! Notre album célèbre ceci : le titre est ‘Sliver and Gold’ et pas ‘Silver and Gold’ pour montrer que notre carrière n’a pas été faite que de hauts mais aussi de bas. ‘Sliver’ en anglais signifie ‘éclats’, quelque chose qui se brise. Et ‘Gold’ est là pour les bons moments.

Ton fils de 7 ans chante sur un titre de votre précédent album. En plus de te voir jouer et tourner, est-ce cela lui donne envie de faire de la musique ?
Je suis un père avant tout et j’essaie de ne pas le pousser à faire des choses mais respecter ses envies. Et je ne sais pas vraiment si j’ai envie de le voir passer par ce chemin qui peut être parfois merdique !

En parlant de ça, tu as vu le film ‘The F World’ (F comme Father) qui montre des musiciens de punk connus et leur quotidien de père ?
Non je connais pas ! Ça se trouve sur Netflix ou Youtube ? J’irai voir ça !

J’ai vu que sur une vieille liste de catering que vous vouliez toujours avoir une image des Guns N Roses dans vos loges. Tu t’en souviens ?
Oh oui je m’en souviens ! J’ai grandi avec les Sex Pistols, les Clash et les Ramones… et il y a un album qui est arrivé ensuite qui nous permis de trouver notre genre avec les Backyard Babies, et c’est ‘Appetite for Destructions’ des Guns. C’était quelque chose de nouveau et la direction dans laquelle on voulait aller. Puis ils ont splitté et s’est dit que peut-être, si on gardait une photo d’eux partout dans nos loges, comme un truc vaudou, ils se reformeraient. Et ils se sont reformés, donc c’est peut-être grâce à nous que les Guns se sont reformé !

www.backyardbabies.com

 

FICHE CD :
Nom de l’album : Sliver and Gold
Label : Century Media
Note : 4/5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.