wovenhand

                                                                                                                                                                                                             (c) David Eugene Edwards

Pour de nombreux groupes, la carrière a débuté sur un album rafraîchissant et révélateur (ici le self-titled en 2002). Son successeur a la tâche de confirmer ou non les espoirs avivés par la première détonation. Si l’essai est transformé, le groupe est placé sur les rails du succès. Pour Wovenhand, ce fut une sacrée deuxième frappe avec ‘’Consider the Birds’’ en 2004. Le danger arrive ensuite, on parle bien du fléau des couples et des groupes prometteurs : la routine. Tous les deux ans, Wovenhand sortait un nouvel album, pas décevant, même pas réchauffé, et pourtant il restait ce très vague sentiment de vide qui nous amenait à revenir aux premiers opus. Mais ça, c’était jusqu’à ‘’Refractory Obdurate’’ sorti en début d’année. Modèle de renouvellement dont de nombreux groupes pourraient profiter, il s’inscrit parfaitement dans la continuité de Wovenhand, car aussi tourmenté,. Toujours déchiré par les émotions et les différents genres de musique, il les lie par un folk bâtard comme seul l’Amérique aurait pu en enfanter. Dans cette continuité, le renouveau vient en réalité des martèlements rock, parfois même punk, qui se sont saisis du son de David Eugene Edwards. Acclamé par les critiques, ‘’Refractory Obdurate’’ est une renaissance pour Wovenhand, laissant présager un concert mémorable à Fri-son.

 

WOVENHAND

Fri-son / Fribourg

27 septembre 2014

www.fri-son.ch

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.