‘’ LA CROISIERE S’AMUSE ! ’’

La croisière du Rock Suisse a sillonné le Lac de Constance, entre 2 tempêtes de COVID, les 10 et 11 octobre dernier. Le Daily Rock n’allait pas rater cette première édition menée des mains de Maître par le capitaine Daniel Oppliger et son bel équipage.

8 concerts et 10 heures de bon rock dans les oreilles, ça fait du bien après ces longs mois de disette live.

Romanshorn, difficile d’aller plus loin en Suisse pour le Valaisan que je suis ! J’ai traversé notre beau pays par un périple qui m’a fait redécouvrir de magnifiques paysages pour arriver au bord du lac de Constance. Je découvre notre ferry dans une ambiance très ‘’Smog on the Water’’, le brouillard, la pluie et peu de degré pour se réchauffer, bref, un vrai temps d’automne, maussade à souhait.

Je suis accueilli chaleureusement par le Directeur, Daniel, et son assistante, Tanja, puis je pénètre dans le ferry de métal. Je suis le premier arrivé et une belle scène se dresse devant moi, ça fait déjà plaisir d’en revoir une, le COVID nous a privé de tellement de show cette année…Je prends place, à l’étage, au coin réservé pour la presse, coincé derrière le minuscule espace prévu pour l’animation des ‘’entre-concerts’’. Un guitariste est en train d’accorder sa guitare folk, et teste déjà le son, waouw ! LE son est déjà là ! juste à côté…et le guitariste commence à chanter : QUELLE VOIX râpeuse !!! Celle de Quireboys, qui m’a tant fait vibrer dans les années 90’, je lève ma tête et je reconnais Spike, le chanteur des Quireboys, là à 2 mètres de moi, à me faire frissonner avec sa voix Rodstewartesque… Un instant magique, hors du temps, qui présage déjà d’une magnifique croisière Rock’n’Roll.

Le bateau se remplit gentiment quand le chanteur de King Zebra, Eric St. Michaels, empoigne sa ‘’12 cordes’’ et commence à chanter, au beau milieu du ferry, des standards du rock qui font monter l’ambiance d’un cran, les fans l’entourent et tapent dans leurs mains, on peut larguer les amarres et démarrer ce 1er Swissrock Cruise sous les meilleurs augures.

Le directeur et son comité monte sur la scène pour annoncer le 1er groupe de ce marathon du rock, on les sent soulagés et fiers d’avoir réussi leur pari, malgré les contraintes et les incertitudes dues à ce satané virus, bravo à eux !!!

Rock Out a l’honneur d’ouvrir les feux, on voit 4 garçons qui arrivent de leur Emmental et leur jeunesse apparente étonne, on apprend qu’ils ont de 18 à 22 ans !!! Comme des grands, ils attaquent leur show le pied au plancher, ça joue bien, leur son est bon, et ils mettent en valeur le talent du chanteur, compositeur et guitariste solo Florian. Du bon rock énergique avec de belles ballades et quelques reprises efficaces dont ‘’les portes du pénitencier’’ façon hard-rock. Ils sont à l’aise et la pression les booste… et ils la boivent… (surtout lors du reste de cette croisière…mdr). Ils lancent ce festival sur l’eau comme des vieux briscards, et je parie qu’on va encore entendre parler de Rock Out !

Après ce premier concert, tout le monde a la banane et monte à l’étage pour écouter Spike en solo, sa voix unique envoûte le public avec une première reprise de…Rod Stewart ! trop beau ! puis il enchaîne les hits : Hotel California, Wild Horses, etc…et les mélange avec ses succès de Quireboys…Spike assure l’intérim et il reviendra entre chaque concerts… Du pur bonheur d’écouter ce grand chanteur à la voix si rocailleuse.  Le temps passe très vite, il faut déjà retourner devant la grande scène… Au fil de l’eau.

Slick Rock Circus arrivent en voisin, ils viennent du côté allemand de ce lac et on sent qu’ils sont sûr d’eux et de l’efficacité de leur mélange des genres : un mix de hard rock, punk et metal. Leur attitude est à l’opposé de Rock Out, sérieux et un peu blasé, leur sauce a plus de peine à prendre et l’ambiance est redescendue d’un cran. Leur style varié montre que ce sont de bons musiciens mais il manque un petit quelque chose …peut-être le charisme ?

Après une dose de Spike, c’est au tour de Gotus de prendre place sur la Grande Scène. Je vais enfin entendre ce nouveau groupe qui devait jouer à Sion sous les Etoiles en juillet dernier. Pourquoi Gotus ? Quand on voit les musiciens qui montent sur les planches on comprend que ce nom est un mix de Gotthard et Krokus : l’extraordinaire guitariste Mandy Meyer a joué dans ces 2 groupes et le romand Pat Aebi et Tony Castel ont sévit avec Krokus. Leur show démarre et c’est une gifle, un savant mélange du rock Krokusien et des mélodies Gotthardesques, ça sonne, ça groove et la magnifique voix de Dino Jesulick met tout le monde d’accord… Steve Lee n’est pas loin, même s’il nous a tragiquement quitté depuis déjà 10 ans ! C’est leur premier live, on devine un plaisir évident de jouer enfin ensemble et leur joie est contagieuse…tout le monde est heureux d’être là…à flotter quelque part entre la Suisse et l’Allemagne en pleine nuit et nageant dans le bonheur.

Voilà, on revient au port pour débarquer vers 19h30, que le temps a passé vite et quel pied !

Jour 2, le temps est comme mon moral : au beau fixe !

Tout le monde est content de revenir dans le ferry, on se salue en allemand, en anglais et en français, on reconnait les gens d’hier et les sourires font plaisir à voir.

Le premier groupe s’appelle King Zebra. On découvre avec plaisir que le chanteur est Eric St. Michaels (ancien de China) et qu’il est entouré de jeunes loups…ça promet ! Leur glam rock des années 80’ passe très bien et la présence d’Eric emballe les fans. Super concert, c’est frais et plaisant et ça respire le talent, une nouvelle journée qui démarre sous de très bons auspices.

On retrouve avec plaisir Spike à l’étage, il est visiblement très content d’être là …et nous aussi !

L’heure est grave, le fameux groupe China s’est reformé et ils sont là devant nous, Freddy Scherrer et Marc Lynn (fondateurs de China et jouant avec Gotthard) sont entourer de vieux collègues de China. Leur set débute et la magie opère tout de suite, les clins d’œil complices, les éclats de rires, leur son et les émotions qui s’y dégagent ne permettent aucuns doutes : les vieux copains sont heureux de se retrouver et cela se ressent, un frisson parcourt l’assemblée et China a gagné son pari, leur retour fait du bien à tout le monde… BRAVO ET MERCI MESSIEURS !

Un petit coup de Spike, en duo avec Eric St. Micheals, pour terminer les animations de l’étage du ferry et nous voilà prêt pour le dernier show.

XII Gallon Overdose est composé de 5 amis de Winterthur et ils prennent la scène pour nous montrer leur énergie débordante, et c’est impressionnant. Leur chanteur Angry Z est une pile électrique, il ne s’arrête jamais et bouge comme un fou, il a même escaladé la sono pour terminer sa chanson au sommet de la tour !!! leur hard rock est teinté d’AC/DC avec des riffs puissants et une rythmique énergique, leur live est top !

La surprise du chef est l’apparition dans ce groupe du mythique chanteur de Krokus, Monsieur Marc Storace, pour terminer ce set… La salle est en délire ! Des magnifiques reprises de standards du rock et des chansons de Krokus nous émerveillent, on est en train de vivre un moment d’anthologie et unique…

Le final est grandiose et tous les musiciens accompagnés des organisateurs contents de leur coup se retrouvent sur scène, l’émotion est présente et cela se ressent, on comprend que tout le monde, fans, musiciens et organisateurs, sont heureux d’être là, privilégiés d’avoir participer à la 1ère édition du SwissRock Cruise, c’était vraiment la ‘’CROISIERE S’AMUSE’’

Un grand bravo aux organisateurs d’avoir eu le courage de mettre sur pied cette belle idée et merci aux musiciens pour leur joie communicative, leur plaisir évident de rejouer en live était visible et ça fait du bien par les temps qui courent.

D’autres croisières sont prévues en 2021, le Daily Rock n’en ratera aucune…et vous ?

Texte et photos : David Bétrisey