Déjà passé une année que Krokus avait annoncé son dernier concert pour sa tournée d’Adieu ‘Adios Amigos Tour’ au Hallenstadion de Zürich, le samedi 7 décembre 2019. Le Daily Rock n’allait pas rater cette page de l’histoire du Rock suisse qui se tourne.

C’est déjà Noël à Zürich en ce début de décembre 2019. A peine descendu du train qu’on est plongé dans le marché de Noël qui a pris possession du hall de la Hauptbahnhof, les effluves de vin chaud et de pain d’épice nous chatouillent les sens. Au centre, un énorme sapin avec un joli cadeau dessous …. Une accréditation pour aller voir le dernier show du groupe mythique Krokus, la der des ders, un évènement « sold out » depuis plusieurs semaines qui se tiendra dans l’antre du Hallenstadion.

Direction Oerlikon pour pénétrer dans cette arène surchauffée …. « Bizarre en entrant dans une patinoire ! ». Cela faisait longtemps que je ne m’étais pas senti si jeune lors d’un concert … tous les fans suisses de rock se sont donnés rendez-vous pour dire « Adios Amigos » à ce groupe de légende, le plus grand groupe suisse de rock : 45 ans d’histoire retracée dans un joli film en ouverture du concert (quelques fans l’ont trouvé trop long à leur goût et ont commencé à siffler) qui relate leurs débuts à Soleure jusqu’à cette apothéose zürichoise, en passant par leurs années de folies aux USA, où ils furent nommés, en 2003, citoyens d’honneur de la ville de Memphis (Tennessee), rien que ça !

Des hauts et des bas, des départs et des retours, une trentaine de musiciens qui ont défilé dans leur histoire, mais une chose n’a jamais changé : leur son avec ses intros acérées et ce rythme binaire qui en a fait taper du pied et dresser les poils à plusieurs générations de rockers en herbe.  Le film se termine sur un coucher de soleil digne de Lucky Luke … Il ne manquait que la chanson « I’m a poor lonesome cowboy » … mais c’est bel et bien un bon riff rock qui ouvre le set sous les applaudissements nourris du public entassé dans les entraves de ce bon vieux Hallenstadion.

Krokus est bien lancé pour son dernier show, leur son est impeccable et les lights jouent avec les écrans géants pour donner un spectacle époustouflant. Après un début très boogie-rock, un grand coup de gong résonne et le fameux « Tokyo Night » démarre dans un délire collectif. Krokus aura tout fait : du boogie-rock au hard-rock, du « Métal rendez-vous » au presque reggae Tokyo Night, tout le paradoxe de ce band qui a drainé, et on le constate encore ce soir, des foules dans son sillage.

Magnifique dernier concert qui se termine par des rappels sans fin …. Après 45 ans de scène, Krokus a profité de longues minutes des acclamations générales, comme s’il ne voulait plus dire « Adios Amigos » !

Mais tout le public lui a dit : Adios Amigos, y muchas gracias por todo !!!

Texte : David Bétrisey