Le grand Basel Open Air, qui aura lieu du 9 au 11 août prochain vient de dévoiler son programme !

Notez que le festival est gratuit le jeudi 9 août ! De nombreux DJ suisses et bâlois seront présents ce jour là !

Tous les pass et billets sont disponibles sur Starticket.ch

Découvrez le programme en détails :

Vendredi 10 août :

Stereo Luchs & The Scrucialists

Stereo Luchs a influencé le dancehall en Suisse comme personne d’autre.  Il est désormais de retour chez lui. Plus en forme que jamais, son second album ‘Lince‘ est un réel renouveau musical.

Avec les pionniers du reggae bâlois, The Scrucialists, qui font leur retour après 5 d’absence, Stereo Luchs lancera le coup d’envoi de cette édition 2018 !

Extrait


Faber

Depuis la publication de son premier album ‘Sei ein Faber im Wind‘, le nom du jeûne chanteur-compositeur est sur toutes les lèvres.

Dans ses textes, Faber ne mâche pas ses mots. Soit il met les maux politiques de notre temps sans compromis sur la table, soit il se dirige avec son ironie exagérée à la limite du politiquement correct.


Unknown Mortal Orchestra

Après un second album particulièrement nostalgique (II – 2013) sur lequel Ruban Nielson nous transmettait sans concession sa douleur de la solitude en tournée (tout de même plus de 250 dates en 18 mois), l’Unknown Mortal Orchestra revient en 2015 avec Multi-love, un 3ème album composé avec une toute autre appréhension de leur musique.

Sur leur 4ème album, ‘Sex & Food‘, le groupe zéo-zélandais a fait savoir à ses fans que cet opus a été enregistré dans six studios différents sur quatre continents. Ceci explique sans aucun doute la diversité musicale de ‘Sex & Food‘, qui gronde férocement avant d’apaiser quelques instants plus tard, sans jamais oublier d’inviter à danser.


Samedi 11 août :

The RK

Le RK est un duo électro bâlois composé de Jasmin Albash et de Simon Wunderlin. Soul à l’ère numérique: le duo mélange la batterie et les chœurs pop sur des sons de synthétiseur et des samples entrainants.

Depuis l’automne 2017, ils sont en tournée avec leur EP ‘Resonate‘ et ouvriront le line-up samedi soir à l’Open Air Basel avec leur soul-électro.


Joan As Police Woman

Joan Wasser aka Joan As Police Woman déverse ses pensées obscures à coups de refrains plaintifs dans un morceau introspectif et mélancolique, ‘Warning Bell‘. Extrait de son nouvel album intitulé Damned Devotionprévu sorti le 9 février dernier, l’artiste américaine dit de ce titre initial qu’il traite du fait « d’être romantique et sur la naïveté qui va avec. Même si je ne veux jamais perdre cette innocence, je me suis parfois retrouvée dans des situations où j’aurais aimé qu’une alarme m’ait réveillée de mon état de rêve. » Obsédée par la batterie, Joan a mis l’accent sur le rythme pour ce nouvel opus en expérimentant davantage la programmation de la batterie: ‘Pour moi, tout vient de la batterie, le battement du cœur, c’est la pure vérité de dire qu’une musique ne vaut que ce que vaut le batteur.‘ En collaborant avec Parker Kinkred, son accolyte depuis 2007, leur complémentarité professionnelle semble porter ses fruits.

Une vie semée d’obstacles pourtant. Fille adoptive élevée dans le Connecticut qui rejoindra ensuite les rangs de la scène musicale de Brooklyn, la chanteuse aborde sans relâche certains thèmes dans ses compositions. L’artiste a connu des drames qui ont façonné sa musique au fil des ans: la mort de son compagnon Jeff Buckley en 1997, le suicide de son ami Elliot Smith en 2003, puis le décès de sa mère quatre ans plus tard. La musique comme thérapie pour panser ses plaies. La récurrence du thème de la mort semble donc inéluctable et la chanteuse de préciser: ‘Aujourd’hui, je peux sans difficulté dire que la musique m’a sauvé la vie et qu’elle continue de le faire. Je suis une passionnée. Ce n’est même pas un choix, c’est comme ça…


Altin Gün

Ce groupe vit actuellement sur un véritable petit nuage, acclamé par la critique et les fans, Altin Gün, ensemble hollandais d’origine turque joue un mélange de chansons traditionelles folk et d’un rock bluesy très funk !

Ils rendent ainsi hommage à la scène turque des années 70 qui comprenait des artistes tel que Selda, Barış Manço ou encore Erkin Koray.


Mount Kimbie

Lorsque Mount Kimbie a mis le feu la dernière fois à la caserne, ils venaient tout juste d’incorporer des instruments live à leurs titres. 4 années ont maintenant passé, et Dominic Maker, a déménager de Londres pour vivre à Los Angeles. Cette distance et ces changements ont notamment permis à son binôme Kai Campos de faire évoluer leur musique.

Sur leur 3ème album, ‘Love What Survives‘, Mount Kimbie se rapproche de plus en plus d’un groupe live. L’urgence s’ajoute désormais à leur son sombre et pourtant dansant, il vous sera impossible de rester statiques à la pensée de leur retour à l’Open Air Basel


Plus d’informations sur :

openairbs.ch

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.