IMG_3542

L’ancien leader des Diamond Dogs, Sören ‘Sulo’ Karlsson, poursuit sa carrière musicale le pied au plancher. Dernier projet en date : un album où il met en musique des poèmes du ‘Punk Poet’, Garry Johnson. Une jolie collaboration qui voit s’associer les mélodies imparables du Suédois aux diatribes acerbes mais sensibles de l’Anglais. Et surtout, une démarche originale que l’on ne voit pas tous les jours. Nous avons donc souhaité en savoir un petit peu plus en allant poser quelques questions à Sulo. Oi ! Oi ! Oi !


Dis-moi, Sulo, comment es-tu entré en contact avec Garry Johnson pour ce projet ?
Sulo : Ca s’est fait par notre ami commun, le légendaire journaliste Garry Bushell, qui a écrit pour le magazine musical anglais ‘Sounds’ ainsi que pour ‘The Sun’ et le ‘Daily Star’. Bushell était le cerveau derrière les quatre premières compliations Oi, à savoir ‘Oi the album’, ‘Strenght thru Oi’ (où Garry Johnson apparaît pour la première fois), ‘Carry on Oi’ et ‘Oi Oi that’s yer lot’. On peut quasiment dire qu’il est le créateur du genre Oi.

Après l’album ‘Sulo Möter Brunner’, c’est pour autant que je sache la seconde fois que tu mets en musique les poèmes de quelqu’un d’autre : est-ce que ces deux expériences ont été similaires ?

En réalité c’est la quatrième fois que je fais un album avec des poèmes. Le premier était en effet ‘Sulo möter Brunner’ avec des poèmes de l’auteur suédois Ernst Brunner (né en Suède de parents autrichiens). Ensuite j’ai fait ‘Ur ett brev’ avec la chanteuse suédoise Idde Schultz. C’était un album de poèmes écrits par Per Ragnar – l’acteur suédois d’Ingmar Bergman – et il était inclus à un livre. Puis a suivi l’album ‘Kocksgatan revisited’ où j’ai à nouveau écrit des musiques sur des poèmes de Ernst Brunner : on l’a sorti comme un album en duo avec Idde Schultz et les chansons ont été jouées dans une pièce de théâtre basée sur une nouvelle du même nom de Ernst Brunner. Donc ‘Punk rock stories…’ est en réalité mon quatrième album de poèmes.

Quelles sont les difficultés à travailler avec des textes qui ne sont à la base pas destinés à être mis en musique ?

En ce qui concerne les paroles de Garry, leur rythme et leur groove font qu’elles étaient en fait parfaites pour être mises en musique. Les autres projets étaient beaucoup plus compliqués. Dans la poésie moderne, un poème peut faire plus de quatre pages dans un livre. Il est alors important d’aller à l’essentiel et de trouver une mélodie qui s’accorde. Je trouve très intéressant de travailler avec des poèmes et c’est un défi qui, j’ai l’impression, te fait progresser en tant que compositeur.

Diamond Dogs - Nambucca London - 22.08 (23)

Tu t’es lancé dans le style punk anglais avec le projet livre/album ‘Keep Yourself Alive’ (2012), puis tu as embrayé avec The Crunch et, maintenant, avec ce projet : que représente le mouvement punk (ou peut-être plus Oi) pour toi ?

Eh bien, je suis un gamin du punk. C’est la bande originale de ma jeunesse, de ces années où tu te construis entre 14 et 19 ans et que la musique te touche au cœur et y reste à jamais. J’ai toujours aimé la musique anglaise à partir des années soixante avec les Kinks et les Small Faces, puis Rod Stewart, Frankie Miller, les Stones et ensuite bien sûr le punk avec The Clash, les Sex Pistols, The Stranglers, The Damned. J’avais le bon âge et le punk sera toujours ‘ma’ musique, si tu vois ce que je veux dire.

A travers les paroles de Garry Johnson, tu abordes des sujets plus ‘politiques’ que ceux auxquels tu nous as habitués : est-ce que tu peux t’imaginer écrire toi-même ce type de paroles à l’avenir ?

J’ai toujours été très intéressé à la politique. J’ai grandi avec la social-démocratie et mon père était un mentor de l’ancien Premier Ministre suédois Göran Persson. A travers le punk je suis allé plus loin vers la gauche et j’ai eu deux groupes punks dans ma jeunesse où toutes les paroles étaient politiques. En 1999, j’ai sorti le premier album de mon groupe ‘Blanceflor’, nommé ainsi d’après la fille du leader des conservateurs suédois. Un autre album est sorti en 2001 mais j’ai ensuite été trop occupé avec les Diamond Dogs.

Quels sont tes projets pour 2016 au niveau enregistrements et tournées ? Y a-t-il une possibilité de te voir sur scène en Suisse bientôt ?

Ce sera une année occupée, comme d’habitude. L’album avec Garry Johnson sera vernis au ‘Oi Oi Shop’ à Londres le 14 mai et nous jouerons aussi au Rebellion Festival en août (à Blackpool, au nord-ouest de l’Angleterre, NDR). Le 8 avril sera quant à lui le jour de sortie de mon album de duo country ‘Sulo’s Brilliant Outsiders’ (Capitol/Universal). Cet album contient 13 duos avec des artistes comme Chris Spedding, Maria McKee, Janis Ian, les Bellamy Brothers, Paul Young, etc. Je tournerai en Scandinavie avec cet album. Puis je tournerai en Europe et en Amérique du Sud avec The Crunch. Je vais également commencer l’enregistrement d’un nouvel album dont le titre de travail est ‘The Dowdy Dandy’. Cet album sera plus dans la veine des Diamond Dogs et sortira chez Cargo Records plus tard dans l’année.

https://www.youtube.com/watch?v=q4rJJXPSNYA

 

Fiche CD
Sulo sings Garry Johnson : Punk Rock Stories and Tabloid Tales
Cargo Records
https://www.facebook.com/Punk-Rock-Stories-And-Tabloid-Tales-1481440535507447/?ref=ts&fref=ts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.