queen-kwong-get-a-witness

 

La jeune Carre Callaway n’a que 17 ans lorsqu’un certain Trent Reznor la remarque. Dès lors, elle enchaine les EP plus ronronnants les uns que les autres, démaquille le guitariste de Limp Bizkit Wes Borland pour lui faire rejoindre son groupe, et écume les scènes underground, tout en sachant bien que la brunette (devenue blonde) se forge une méchante réputation. Pour preuve, une petite tournée avec Mastodon et une autre avec Limp Bizkit à rajouter à son palmares. Hop.
L’Américaine se fait désirer avant de sortir ‘Get A Witness’ (qui remporte le Daily Rock Award de la ‘Pochette de la décennie’). Elle a néanmoins fait patienter le public grâce au morceau éponyme sorti plus tôt en 2015.  L’opus commence fort avec un nonchalant ‘Cold Daggers’ , très rock et légèrement malsain. On enchaînera dans le rock sombre et hanté tout au long des titres, jusqu’à nous faire griffer par ‘Purrfect’ qui nous donnera envie de mettre du baume sur nos cicatrices après l’avoir écouté en boucle. On clôt l’album par ‘Bells On’, qui remontera le niveau de rock comme il l’a commencé. Huit titres, c’est un peu peu, mais on ne peut jamais faire de reproche à la Reine, non? Meow!

www.queenkwong.com

 

‘Get A Witness’ – Dans les bacs le 28 août 2015 chez Dissension Records

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.