Pour son nouveau cru 2017, le ParaBôle Festival nous prouve une fois de plus que la scène musicale helvétique suffit amplement à approvisionner les petits festivals en groupes de qualité, sans pour autant négliger de nous proposer quelques perles venues d’ailleurs.

Ce qu’il y a de bien au ParaBôle, c’est que même si le festival est résolument orienté rock, les têtes d’affiches jouent parfois dans une catégorie passablement différente. Et c’est du lourd, avec les cultissimes Skatalites, plus de 50 ans au compteur et toujours capables de transformer les sapins en cocotiers, et le non-moins mythique Henri Dès, ce dernier officiant ces derniers temps en compagnie de deux grands gamins évadés d’Explosion de Caca (non, ce n’est pas un spectacle pour les enfants…). Dans la catégorie poids-lourds encore et en exclusivité romande cet été, Cellar Darling, un trio folk-metal composé de membres d’Eluveitie, dont la particularité est d’intégrer un instrument médiéval – la vielle à roue – à leurs compositions. Du médiéval au steampunk, il n’y a qu’un pas et cette transition foireuse me permet de vous annoncer le quatrième gros groupe du ouikend, les très courtisés Silver Dust, leurs chapeaux et leurs manteaux en cuir.

Du côté des formations ‘locales’ qui font parler d’elles bien au-delà des frontières cantonales voire nationales, l’envoûtante Émilie Zoé sera de la partie en compagnie du batteur Nicolas Pittet (si vous ne les avez jamais vus en concert, c’est à ne pas rater. Si vous les avez déjà vus en concert, c’est à ne pas rater aussi), de même que Hey Satan, qui, bien que relativement neuf en tant que tel, compte en son sein de vieux briscards du rock qui ont roulé leur bosse sur pas mal de scènes, vous pouvez compter sur eux pour que ça dépote ! Arthur Henry quant à lui ne fait pas de rock mais du beatbox et il vient d’être sacré Swiss Beatbox Loopstation Champion 2017.

Je vous parlais en introduction des bonnes choses qui nous viennent aussi de l’étranger, les voici les voilà : Si vous aimez le folk, ne manquez ni Tim Vantol, ni Forest Pooky, le premier est hollandais, le second est français, les deux viennent du punk, ça se voit et ça s’entend !

Amateurs de gros son, les Neuchâtelois de Dead Wrong vous attendent et si vous aimez (aussi) la musique un peu moins brutale, vous serez servis avec The Clive, Disponible 2 et Cold Bath, trois formations jeunes mais déjà au taquet. Au rayon des ovnis musicaux, le jazz-metal déjanté de Grand Canard Blanc et la cumbia punk de Los Orioles sauront vous redonner le sourire et la patate, tout comme le spectacle de clôture du stage de batterie de l’école Ton sur Ton, au titre prometteur : Charlie et la Chocobatterie.

Enfin, si après tout ça vous n’êtes pas encore au bout de vos vies, l’Antichambre nouvellement créée saura vous accueillir jusqu’au petit matin avec Chic & The Tramp (qui fêtent leurs dix ans) et les DJ’s de l’Espace 032 Phat’D & Sauce Jacqson. [Sebastien Frochaux]

parabolefestival.ch

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.