Chris Rörland et Pär Sundström de Sabaton

Le groupe suédois revient à la charge avec ‘The Last Stand’ un comprimé épique dont le groupe a le secret. Toujours au top, Pär et sa clique nous expliquent le processus original qu’ils utilisent pour leur paroles: les histoires de guerres méconnues envoyées par des fans. 


Interview réalisée le 2 juin

A quoi se réfère le titre ‘The Last Stand’ ?
Pär: ‘The Last Stand’ est un combat désespéré impliquant des gens qui ne vont probablement pas survivre à la fin, et qui sont vus comme des héros. C’est une suite logique de notre album ‘Heroes’ sorti il y a deux ans. Je pense que toutes les histoires racontées sur ‘The Last Stand’ seront très intéressantes pour les fans. Nous avons passé de bons moments à les écrire ainsi qu’à effectuer les recherches nécessaires.

Vous recevez énormément d’idées de thèmes de chansons de vos fans par e-mail, ce qui n’est très commun pour un groupe de metal ! Est-ce que des idées de fans figurent sur cet album ?
Pär : C’est peu commun de recevoir des idées de la part des fans, mais c’est également peu commun d’écrire uniquement sur des événements qui se sont passés durant la guerre ! On ne peut pas savoir tout ce qui s’est passé durant les deux mille dernières années dans le monde. Par exemple si tu vis en Bulgarie, il y aura des choses que tu sais dans l’histoire de ton pays que nous ne saurons pas. Il y a surtout ces histoires que très peu de gens connaissent et c’est généralement de celles-ci dont les fans nous parlent. Nous les archivons toutes et nous avons tout sous la main lorsque l’on commence un nouvel album. A ce moment-là commencent les recherches car les fans ne donnent en général pas assez d’informations pour en faire une chanson entière.
Où d’autre trouvez-vous des idées?
Pär : Les films, par exemple la chanson ‘Sparta’ qui a été inspirée par le film ‘300’. C’est le thème parfait pour un début d’album avec un tel thème ! Pour la chanson ‘The Last Battle’, j’ai été inspiré par un livre que m’a offert un fan. Comme je ne suis pas un grand amateur de lecture, je ne l’ai pas lu jusqu’à ce qu’on commence à faire des recherches pour cet album. J’adore la chanson qu’on en a fait et maintenant, je vais lire le livre ! Enfin, quand j’aurai le temps de me poser pour lire, ce qui n’arrive pas souvent !

Qu’est ce qu’on peut attendre de ce nouvel album? Est-ce qu’il y a des surprises ou ce sera du Sabaton ‘classique’ ?
Chris: Pas ‘classique’, on peut vraiment dire qu’il y a beaucoup de surprises.
Pär: Musicalement j’ai l’impression qu’on s’est surpassés. Tout le monde s’est investi à 200%. Et notre producteur Peter Tägtgren nous a poussés à le faire. L’écriture sur cet album est très diverse. Beaucoup de titres sortent du lot, on peut évidemment entendre que chaque chanson est de Sabaton, mais elles repoussent les limites de ce qu’on a fait jusqu’à maintenant.
Sabaton_-_The_Last_Stand_cover
Justement, vous travaillez avec le producteur Peter Tägtgren depuis longtemps. Comment ça se passe avec lui?
Chris: J’adore ce qu’il fait et il arrive toujours à faire ressortir le meilleur des gens. Le son des albums qu’il produit est génial. Il n’abandonne jamais quand il s’agit de qualité de son ! En plus c’est un ami proche du groupe, il habite à quelques minutes de chez nous et je pense qu’il fait partie du top dix des meilleurs en musique dans le monde.
Pär: On le connait depuis longtemps et bien entendu des fois on se dit qu’on devrait essayer quelque chose de nouveau, mais est-ce qu’on doit vraiment changer dans l’unique but de changer ?

Cela fait plus de seize ans que vous faites partie du monde de la musique. Qu’est ce qui a changé (en bien ou en mal) depuis vos débuts?
Pär: Internet commençait à ce moment-là et on a vu ça arriver en sachant qu’on allait l’utiliser et non le combattre. Je ne me suis pas accroché au vinyle sans prendre en compte ce que la technologie pouvait nous offrir. J’ai aimé chaque aspect de ces nouvelles technologies. Cela permet de découvrir de la musique ou d’acheter des CDs. Donc pour ma part, grandir à cette période était excitant car je pouvais avoir le meilleur d’avant et de maintenant.
Quand on voit beaucoup de nos acolytes, ils se plaignent de ne plus vendre les mêmes quantités et prétendent que c’était beaucoup mieux avant, que les labels tournaient bien… Je ne vois pas les choses sous cet aspect, au contraire ! C’est comme ça actuellement, ça s’est stabilisé. C’était juste quelques personnes qui pensaient avoir le contrôle et pouvoir se battre contre une des plus grosses révolutions qui soient arrivées sur cette planète. Des milliards de gens veulent ça et une poignée essaie de le nier. Les gens ne devraient pas voler la musique, mais c’est impossible de se battre contre ceci, nous devons trouver des façons de faire avec.

Avez-vous toujours été des férus d’histoire ou cela a-t-il commencé plus tard avec le groupe?
Pär: Ça a toujours été le cas ! Ça a commencé lorsque je regardais des films historiques avec beaucoup d’action et en apprenant qu’ils étaient basés sur des faits réels. C’est là que ça devient excitant. Et quand tu te rends compte qu’il y a une multitude d’histoires qui n’ont pas été adaptées, ça devient encore plus intéressant.

Pouvez-vous vous imaginer écrire à propos d’autre chose que l’Histoire ? 
Pär: Oui je peux l’imaginer, mais je ne vois pas de quoi parler d’autre. Chanter à propos de nos vies privées? Non, gardons ceci privé ! Et écrire propos de fiction ou fantaisy (là je met en anglais parce que je pense qu’il veut parler d’Heroic Fantaisy)… quand on peut écrire à propos de la réalité, quand on peut comprendre que ce n’est pas juste écrit avec de l’encre sur du papier mais aussi avec le sang qui a coulé, l’histoire racontée prend de l’ampleur ! La fiction ne nous satisferait pas. J’aime écrire à propos de choses qui incluent beaucoup des gens de ce monde. La guerre et l’Histoire nous connectent, même si dans des pays comme la Suède ou la Suisse nous avons été neutres pendant longtemps, on se souvient de ce que c’est même sans savoir vu l’occupation de nos rues par des tanks depuis très longtemps.

C’est difficile de rester en dehors de la politique quand on écrit des chansons sur l’Histoire et la guerre ?
Chris: Nous n’écrivons pas à propos des conflits actuels. C’est de l’Histoire, dont ça s’est passé, le livre est clos et les gens ont tourné la page.
Pär: Nous ne sommes pas là pour dire aux gens quoi penser ou quoi voter.

On vous a déjà proposé d’écrire la bande originale d’un film de guerre avec des thèmes pareils ?
Pär: Oui, pour des petits projets mais nous avons dû décliner car nous n’avons pas le temps. Ce serait génial, si le film a les mêmes thèmes que Sabaton. Mais je ne vois pas comment faire un bon film avec autant de Heavy metal. Si tu veux faire un film épique tu ne peux pas mettre trop de metal.

Vous avez des titres favoris sur le nouvel album?
Chris: C’est difficile ! Ça change tous les jours depuis qu’on est entrés en studio jusqu’au moment où on a pu écouter le résultat final, et encore aujourd’hui lorsqu’on les réécoute. Actuellement c’est ‘Winter Stars’.

https://www.youtube.com/watch?v=7jTgkTEDDog

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.