Everything Not Saved Will Be Lost’. Le genre de phrase qui te fait frémir quand ton ordinateur plante et que tu as perdu le texte que tu peaufinais depuis des heures. Mais depuis cette année, c’est aussi le titre du cinquième album du groupe anglais Foals. Deux ans après leur dernier passage en Suisse Romande, sur la grande scène du Paléo Festival avec un slot pas évident (juste avant les si attendus Red Hot Chili Peppers), les Foals sont de retour, cette fois en tête d’affiche aux Docks qui affichent complet depuis longtemps.

Dans une salle déjà bien remplie, ce sont les musiciens de YAK qui ouvrent la soirée. Avec deux albums au compteur, on constate rapidement que le groupe a une certaine maîtrise de la scène. Les gars balancent un rock sympa, bien british, agrémenté d’un peu de saxo, mais au final pour un résultat qui ne laisse pas un souvenir impérissable dans les oreilles.

Avec bien dix minutes de retard sur le planning, les Foals entrent en scène devant cette fois un public ultra chaud. Dès le second morceau ‘Mountain At My Gates’, il fait bien 50° dans salle et que dire quand ils démarrent ‘Snake Oil’ et son riff aux sonorités qui n’a rien à envier aux vieux U2. Il ne faut pas attendre longtemps pour que Yannis s’approche des premiers rangs, mais en se retenant, l’air de dire ce sera pour plus tard. ‘You Don’t Have My Number’ lance le chanteur avant de démarrer un des titres les plus attendus d’une salle qui se lâchera avec plaisir sur cette chanson. Les guitares ne laissent aucun espace. Après ‘Syrups’, un des meilleurs titres du nouvel album, et un explosif ‘Providence’ (avec un premier bain de foule), il faut attendre ‘Spanish Sahara’ et son tempo plus lent pour reprendre son souffle. La fin du set baisse un peu en intensité avec plus de nouveaux titres tels que ‘Exits’, ‘White Onions’ ou ‘In Degrees’. Les notes de l’incontournable ‘Inhaler’ annoncent déjà que ce sera le dernier morceau, mais quel titre! Le plus heavy du set. Comme à son habitude, Yannis s’échappe avec sa guitare, cette fois-ci pour rejoindre le bar et se commande un whisky (au mépris des règles sur la consigne des gobelets) qu’il balance ensuite dans la foule.

Le rappel est sans surprise constitué de ‘What Went Down’ qui verra lui aussi le leader du groupe se balader sur son public, micro à la main. Et pas un micro sans fil en plus. Dommage qu’il ait renoncé à se lancer du balcon, comme quelques jours auparavant au Bataclan. Cet incroyable concert se termine avec ‘Two Steps, Twice’ dans une salle heureuse. Les barrières de la fosse tremblent encore tellement la foule participe et saute dans tous les sens bien encouragée par Yannis.

Si vous ne connaissez Foals que par leurs albums studio, vous n’avez encore rien vu. Allez-les voir en concert et en on reparle après. Ils sont rares les groupes à délivrer des prestations aussi intenses. Impossible de résister.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.