Architects

Remontés à bloc, musicalement et mentalement, le groupe anglais sort ‘All Our Gods Have Abandoned Us’, un album pessimiste et optimiste à la fois, et à l’apogée de l’agressivité du groupe. Un régal.

Votre musique est devenue un peu plus heavy par rapport aux premiers albums, comment l’expliques-tu ?
Sam Carter (chant) : Je pense qu’on est meilleurs en étant plus heavy. C’est une progression qui s’est faite naturellement et on aime ça. Pour ne rien te cacher, je trouve que ça ne marche pas trop mal, les gens apprécient cette évolution.

C’est toi qui écrit les paroles ?
Non, c’est Tom qui écrit. Il les écrit et ensuite il me les apporte et on travaille sur les arrangements ensemble, sur quel morceau on va les mettre, comment les envisager…

Quels sont les thèmes abordés ?
Sur cet album, on s’est focalisés sur la situation de notre monde actuel et comment on a tout foiré. C’est une discussion sur ce qu’on a fait de mal par rapport à notre relation avec la nature et l’univers et comment tout devient tout extrême ; le fait qu’on soit si obsédé par l’argent, la célébrité et vivre dans ce monde complètement niqué. Réaliser la chance qu’on a de vivre dans ce monde et le peu de temps que nous avons sur cette planète, et qu’il faut toujours en retirer le maximum.  

Selon toi, quelles sont les paroles les plus fortes de ‘All Our Gods Have Abandoned Us’ et pourquoi ?
La première chanson, ‘Nihilist’, je pense que c’est un morceau très fort, l’ouverture est très symbolique. Mais j’adore aussi ‘Gone With The Wind’ et ‘Gravity’ , qui parle de tous ces problèmes actuels tels que l’anxiété, la dépression, toute les formes de stress. Je pense que le refrain est un bon message d’espoir. 

Comment choisis-tu ta manière de chanter ? Est-ce que ça vient naturellement ?
Ouais je pense que ça vient naturellement. Pendant les répètes ou les enregistrements tu regardes ce que ça donne. Certains morceaux sont très calmes, donc ce serait un peu étrange de te mettre à gueuler dessus (rires) Mais oui, ça vient relativement naturellement. 

Dans la chanson, ‘From The Wilderness’, il y a une partie récitée, qu’est-ce qu’il signifie ?
C’est un message qui vient d’un recueil du Zeitgeist, sur comment le monde est actuellement et la direction que l’on prend. On a vraiment tout ruiné et l’être humain a fait beaucoup de choses néfastes.  

Le titre de l’album est très sombre et agressif, pessimiste même.
Je pense que c’est facile de penser ça quand tu le vois pour la première fois. Mais c’est pas vraiment accusateur envers les dieux. C’est plutôt un commentaire sur comment les gens ont poussé le monde à bout, et à quel point on est obsédé par quelle célébrité fait quoi plutôt que ce qui est bon pour l’environnement. C’est une accusation sur les humains et pas sur Dieu!  

Quel est le rapport avec la pochette ?
C’est une éclipse mise en négatif. En fait, on l’a choisie après coup, car on aimait l’idée de pouvoir voir deux choses à la fois, c’est toi qui choisit ta propre interprétation. Parce que c’est une éclipse, tu peux choisir si c’est le noir qui est au centre ou le blanc ; la lumière ou les ténèbres. C’est comme l’album, tu peux l’écouter et décider qu’il est très sombre et horrible ou tu peux trouver la lumière et le pouvoir.

Comment imagines-tu l’avenir de l’humanité ?
Ca fait un peu peur quand on y pense (rires)! Je pense qu’on peut essayer de soigner tout ça, ou alors on peut se dire que c’est peut-être trop tard. Je pense qu’on a encore un long chemin à faire, mais c’est à notre génération de réparer ça, et peut-être celle de nos enfants. Mais nous n’avons pas beaucoup de temps à disposition donc on doit commencer ça maintenant. 

www.architectsofficial.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.