Shannon Wright officie depuis maintenant plus de 15 ans sur la scène musicale et propose régulièrement une musique au-dessus du lot. C’est le cas pour ce merveilleux ‘Division’ aussi dépouillé que d’une beauté noire glaçante. Celle qui débuta sa carrière en pleine période grunge, en garde ici des stigmates. ‘Division’ c’est un peu son ‘White Chalk’ à elle. Il en a la pertinence, la sobriété, la beauté de bout en bout et la trop courte durée. Ce genre d’album qui finit trop vite, mais qui reste intact jusqu’à la fin. Un album dont on aimerait qu’il ne finisse jamais est forcément un album excellent. Synthé/voix, guitares et piano disséminés qu’elle agrémente de quelques arrangements électroniques, nouveaux dans son univers, ‘Division’ s’écoute en boucle. ‘The Thirst’ au refrain ahurissant ou ‘Lighthouse’ illuminent à eux seuls cet album énigmatique et hanté par la voix fantomatique de l’Américaine. Peu de paroles sur ce disque qui joue sur la répétition des phrases sans que cela ne gêne un seul instant. ‘Division’ est un travail à l’identité forte qui kidnappe l’auditeur dans une brume crépusculaire et qui rallume une flamme brûlante à l’intérieur. 

Note 5

www.facebook.com/shannonwrightmusic