Alice Cooper

Alice Cooper

Un deuxième fan-report vient s’ajouter à notre nouvelle rubrique ! Pour ceux qui n’ont pas suivi, il s’agit d’une rubrique où les heureux gagnants de billets de concerts proposés par Daily Rock viennent nous raconter le concert qu’ils ont vu. Cette fois, c’est Niki et Yeye qui nous racontent leur soirée dans un récit à quatre mains.


Mötley Crüe, groupe de glam phare des années huitante, termine en cette fin d’année 2015 sa tournée d’adieu, après trente-quatre ans de pur rock n’ roll. Le groupe a la particularité d’avoir conservé sa formation initiale, composée de Nikki Sixx, Vince Neil, Mick Mars et Tommy Lee (ndlr : sauf de 1992 à 1997 où John Corabi était derrière le micro). Alice Cooper est l’invité d’honneur de cette tournée qui sillonne le monde pour une dernière danse.

Nous avons eu la chance de remporter des places offertes par Daily Rock pour le concert au St-Jakobshalle de Bâle le lundi 9 novembre. La bonne nouvelle nous ayant été annoncée le matin-même, nous avons sauté dans un train dès que possible. Malheureusement nous avons manqué Saint-Asonia, le groupe local en première partie de nos deux légendes. Nous ne pouvons donc pas vous faire de rapport pour ce groupe, même si une jeune fille dans le public nous l’a décrit comme similaire à Three Days Grace. A découvrir une prochaine fois donc !

Nous sommes heureusement arrivées quelques minutes avant qu’Alice Cooper commence son show et avons pu profiter d’une vue exceptionnelle en nous plaçant tout devant. Le rideau tombe alors, dévoilant la scène, et le concert  débute dans une pluie d’étincelles avec la chanson « Black Widow ». S’enchaînent ensuite de nombreux classiques tels que « Poison » , « I’m Eighteen », « Billion Dollar Babies », « No More Mr Nice Guy », « Feed My Frankenstein » et bien d’autres. Le concert s’achèvera en beauté sur un medley de « School’s Out » et « Another Brick in the Wall » (reprise de Pink Floyd).

La mise en scène est spectaculaire : étincelles, bulles, monstre de Frankenstein, guillotine, fouet, serpent, ballons éclatés au poignard, tout est fait pour nous en mettre plein la vue. De plus, les musiciens sont d’excellents acteurs et les techniciens de plateau font partie intégrante du spectacle, tous possèdent des costumes extraordinaires.

Très énergique, le groupe ne semble pas avoir pris une ride. La guitariste qui remplace Orianthi est tout aussi talentueuse et élégante. Mais la plus belle et charismatique à nos yeux reste Sheryl (épouse d’Alice), qui joue le rôle de l’infirmière sadique comme une pro.

Alice Cooper

Alice Cooper

Nous avions toutes les deux déjà eu l’occasion de voir Alice Cooper, Niki en 2012 et Yeye en 2013. Nous ne pouvons que vous recommander d’aller le voir, au moins pour le show à en couper le souffle. Cependant, sachez que le spectacle est encore plus intéressant lorsqu’Alice est en tête d’affiche. Un jeune homme a pris Yeye sur ses épaules et Alice lui a lancé sa canne qu’elle a gardé précieusement. Des étoiles pleins les yeux, elle était ravie d’être à la même hauteur que les artistes !

Ensuite, c’est l’heure du changement de plateau, ce qui nous laisse le temps pour une petite pause boissons, toilettes, cigarette. De retour devant la scène, nous avons fait la connaissance de sympathiques Valaisans et Suisses-Allemands.

La tension est à son comble lorsque retentissent les premières notes de « Girls Girls Girls », un choix judicieux qui nous plonge immédiatement dans une ambiance survoltée. Mötley Crüe vient de commencer son dernier concert en Suisse, cela promet d’être inoubliable ! Le public reprend en chœur les grands tubes du groupe : « Shout At The Devil », « Dr Feelgood », « Saint Of Los Angeles », « Live Wire », « Wild Side », etc, pour notre plus grand bonheur !

Là aussi, le show est grandiose : pyrotechnie, guitare qui crache des flammes, explosions et danseuses sexy sont au rendez-vous. Les musiciens, bien qu’assez âgés, possèdent encore pas mal d’énergie et se déplacent sans cesse à toute allure d’un bout à l’autre de la scène. De plus, ils ont conservé leurs célèbres costumes glam extravagants qui ont contribué à leur succès dans les années huitante.

Nikki Sixx est toujours adulé par le public, et pour cause : il est vraiment talentueux et communique souvent avec la foule. Mick Mars, quant à lui, semble souffrir de ses problèmes de santé et avoir un peu de mal à jouer. Il conserve cependant son charisme et réalise ses solos avec beaucoup de classe.

Vince Neil, très motivé, a gardé le même timbre de voix qu’à l’apogée de Mötley Crüe. Cependant, nous ne l’entendions que très peu car le son était mal réglé et le chanteur ne chantait peut-être pas assez fort, dommage.

Mötley Crüe

Mötley Crüe

Tommy Lee semble prendre un grand plaisir à jouer sur sa batterie. Nous avons d’ailleurs eu droit à un formidable solo aérien : l’instrument monté sur des rails surplombant toute la salle s’élève, pivote et se déplace à la manière d’une montagne russe. C’est avec une aisance déconcertante que Tommy joue la tête en bas.

Deux heures plus tard, le groupe joue sa dernière chanson « Kickstart My Heart » dans une ambiance électrique. Afin de rendre le final encore plus spectaculaire, Nikki Sixx et Vince Neil grimpent dans des plateformes et s’élèvent au milieu de la foule, le groupe joue toujours avec le feu et des longs serpentins tombent sur le public, c’est génial !

Finalement, les rock stars reviennent à l’autre bout de la salle pour « Home Sweet Home » avec Tommy au piano. Ce moment est ultra émouvant, beaucoup ont la larme à l’œil.

Moi, Yéyé, je voyais le groupe pour la première fois. J’étais bluffée et suis restée quelques minutes pour faire mes adieux dans la salle. Quant à moi, Niki, j’avais déjà vu le groupe dans un festival, mais n’avais pas encore vu la « batterie montagne russe ». J’ai trouvé le show époustouflant et regrette l’arrêt de ce groupe légendaire.

Nous avons tenté de récupérer quelques plectres, mais n’avons pas réussi. Nous nous contenterons de la canne de Monsieur Cooper.

En bref, nous avons assisté à un concert d’anthologie de deux groupes devenus légendaires. Tous les artistes nous ont transmis passion, énergie et amour de la musique. La scénographie des groupes est tout aussi bluffante que leur musique, on assiste à un véritable spectacle et on en prend plein la vue. De plus, Mötley Crüe restera gravé dans nos mémoires, nous n’oublierons jamais ce groupe qui a marqué à tout jamais l’histoire du rock’n roll.

Nous souhaitons finalement remercier chaleureusement Daily Rock grâce à qui nous avons pu assister à cette superbe soirée !

Niki et Yéyé