Wanderer‘ n’est pas un album que l’on adopte facilement. Il se fait désirer et peine à s’écouler dans nos veines. L’entrée en matière, gospelo-folk et assez quelconque et sans véritable accroche. ‘In Your Face‘ et ses percu se révèle assez répétitive. Le duo délicat qu’elle forme avec son amie Lana Del Rey sur le quatrième morceau, ‘Woman‘, se profile comme étant un des moments très intéressants de l’album. Bien que leurs voix soient assez similaires, on devine une jolie complicité entre les deux chanteuses qui se donnent joliment la réplique. Mais que doit-on penser de ce ‘Horizon‘ qui démarre avec une charmante mélodie qu’un vocoder vient abîmer. Bien que plutôt audacieux, le choix a de quoi surprendre.

Cela faisait six ans que Chan Marshall n’avait pas repris le chemin des studios pour raconter sa vie de voyageuse chantante qui trace de ville en ville au son d’une guitare folk, le fantôme des chanteurs de blues dans ses bagages poussiéreux. Elle sait pourtant bien y faire pour concocter de chouettes mélodies doucereuses comme sur ce ‘Stay’, qui n’amène pourtant rien de vraiment excitant et innovant. On se balade de chanson en chanson sans complètement s’y plonger avec passion. ‘Nothing Really Matters‘, comme si l’on passait à côté de l’essence de ce disque. On creuse, on creuse sans vraiment découvrir de réelle pépite. La folk-americana minimaliste de Chan Mashall s’essouffle un peu en 2018. Sans être mauvais, ‘Wanderer‘ ne possède pas le sublime et se révèle assez inégal, bien qu’il se termine par l’exquis ‘Wanderer/Exit‘.

www.catpowermusic.com

Note : 2,5/5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.