MIGS – Rencontre avec les boss

MIGS

Derrière ce premier festival de la guitare se trouvent deux amoureux de l’instrument, l’un propriétaire d’un magasin de musique, l’autre organisateur d’évènements, qui se retrouvent, un peu par hasard, à concrétiser une idée devenue une passion !

Qu’est-ce que le MIGS ? D’où vous est venue l’idée ?

David : L’idée principale, c’est Emmanuel qui l’a eue. Moi, je connais Emmanuel depuis vingt ans à travers la musique. C’est par hasard qu’il m’a proposé le projet, et moi qui suis dans l’événementiel, j’ai dit directement oui. Le MIGS est le premier du nom, premier événement de la guitare en Suisse, avec des luthiers, des artistes, des masterclass de gens exceptionnels que l’on n’a pas l’habitude de voir. Des gens qui travaillent toute l’année autour de la guitare, instruments, accessoires comme pédales, amplis, straps… dans le but de vendre le matériel aux visiteurs du salon.

Emmanuel : L’idée vient de ma passion pour la guitare, j’ai cela depuis toujours, j’adorais lire des livres de luthiers. L’idée de ce salon c’est de présenter en Suisse le travail de petites marques à un plus large public, aux côtés de marques plus célèbres. On permet aux gens de les voir, les toucher, les essayer et discuter avec les artisans et artistes ! L’idée, c’est vraiment cela. Avec David, on s’est demandé comment étoffer cette offre, notamment avec les masterclass par exemple, des choses uniques. Ce n’est pas un festival de 4’000 personnes, mais quelque chose de petit et intimiste.

On parle de 80 exposants...

Emmanuel : Beaucoup de luthiers ont préparé des guitares uniquement pour ce salon. C’est fou ! Il y a aussi des artisans plus gros qui vont nous montrer des modèles qui font partie de leur gamme, aussi exceptionnelle soit-elle. Pour les plus petits, c’est plus difficile de faire quelque chose en particulier. Je ne sais pas ce que ce sera, mais je te garantis qu’il n’y aura que de la belle guitare ! Sauvage Guitare vend des instruments à 70’000.-CHF ! Il y a des guitares haut de gamme, c’est clair. Je trouve cela fou d’imaginer 80 exposants qui ont passé leur temps, leur argent, afin de montrer ce qu’ils aiment. C’est fou de penser le nombre d’heures et d’énergie investies dans le salon. Si vous avez une passion pour la guitare, alors venez. Certains artisans viennent du Canada !

David : Certaines sont même des œuvres d’arts ! Certains aiment fabriquer des instruments sans vouloir y jouer. Je parle de guitares mais on a aussi des basses et d’autres instruments qui ne sont pas forcément des guitares à proprement parler. On veut créer des échanges autant culturels que musicaux. J’aime bien cette idée de créer une communauté, une famille autour de la guitare, bien évidemment sans faire de l’ombre autour d’autre salons plus installés.

Parlez-nous de ces masterclass !

Emmanuel : La plupart seront payants, et se dérouleront dans une salle de concert aménagée dans ce but. Pour l’artiste, c’est une interaction avec le public, des discussions, et aussi des questions/réponses avec les intervenants. Des gens comme Nick Johnston, un virtuose de l’improvisation, viendront essayer de percer le secret de son improvisation, de comment il travaille son instrument etc… Mais on aura aussi des Youtubeurs, des sujets sur lesquels les artistes ont envie de discuter, tout autour d’un échange et d’une passion. Mais nous aurons également le spectacle ”Histoire de la guitare”, de Gaelic Chambrier, qui viendra montrer l’évolution de la guitare, le développement de l’instrument à travers les âges, les régions, c’est un spectacle interactif. Jon Gomm viendra faire un masterclass en tant que guitariste acoustique, qui joue avec beaucoup d’amplifications, de percussions, il se désaccorde, il utilise des pédales, des effets… bref comment utiliser la guitare de manière plus élaborée. C’est vraiment passionnant de voir son travail de recherche, comment il utilise un objet pour créer des sons et des textures.

Et des concerts ?

Emmanuel : On a voulu une programmation éclectique, large au sens de type de musique. Le samedi sera blues avec Ben Poole, un guitariste anglais qui monte, qui joue vraiment par passion et pas pour la frime. Il a un super feeling, le groupe est excellent… Parfait pour un samedi soit avec une belle journée de salon ! En fin d’après-midi on aura Thibault Cauvin, le guitariste classique le plus titré au monde. C’est le Roger Federer de la guitare classique ! Il viendra jouer des pièces d’études de Léo Brouwer, dont des pièces uniques proposées uniquement pour Thibault. Il fait aussi un concert le dimanche, une création unique travaillée juste pour le MIGS. On ne sait pas ce que ça va être ! Vendredi on a Martin Miller, le guitariste qui a monté une chaîne YouTube avec d’autres musiciens qui font des mashups. Plus de 90 millions de vues sur ses vidéos ! On a voulu le sortir de ce concept de studio et lui demander ce que lui et son groupe peuvent proposer en live. Ils ne l’ont jamais fait sur leur chaîne ! Dimanche soir, on termine avec Jon Gomm et Vincent Schmidt qui est aussi un guitariste acoustique. Deux virtuoses avec un niveau hallucinant. Une parenthèse musicale de haut vol qui offrent quelque chose d’unique pour le MIGS.

David : La salle est exceptionnelle aussi, à moins de 300 personnes ! On a des conditions incroyables, d’avoir des artistes tous près, sur la scène du Casino De Montreux. Les gens ne pourront pas voir cela ailleurs ! On a gentiment bouclé la programmation de concerts gratuits également, des trucs vraiment supers dans le lobby du Casino. Il y aura quelque chose de nouveau à découvrir.

Vous proposez ce salon le 29, 30 avril et 1er mai,  sur Montreux, mais comment faire pour ceux qui ne peuvent pas se déplacer ?

Emmanuel : On veut vraiment organiser quelque chose de vrai, en direct. On ne croit pas au concept ”en ligne” pour cette première édition. Nous n’avons pas la réputation d’un gros festival qui a 15 ans dans les baskets, donc cela ne fait pas sens. Tout le monde se réjouit de faire tout cela en vrai, parler avec les gens, partager, échanger une passion. En ligne, c’est difficile à transmettre. Imagine parler au mec qui a réalisé la guitare que tu aimes ! On croit vraiment à ce format, ”en vrai”.

David : C’est vrai que j’aime bien cette idée de rencontrer la personne. Celle qui a choisis le bois, pensé aux cordes, cela est plus profond que de voir des guitares finies quand-même. Le MIGS veut créer un échange véridique.

Qu’attendez-vous de cette première édition ?

David : Nous voulons réunir la communauté de Suisse Romande, mais aussi France, Italie, les pros, les amateurs, les curieux, ceux qui viennent de commencer la guitare et les plus émérites. Et puis les concerts ouverts à tous. On n’avait pas envie de faire un festival où les gens vont manger une saucisse en écoutant de la musique en fond. On veut des gens qui veulent communier, célébrer la guitare et échanger, faire des rencontres. Qui sait, peut-être que des gens vont former des groupes après s’être rencontré au MIGS ! Il y a aussi un after-party jusqu’à 4h du matin pour continuer la fête !

Emmanuel : On veut un groupe qui soit dans l’esprit de cover, et peut-être rajouter des intervenants qui viendront faire une jam. Mais tout reste ouvert ! Il y a beaucoup de gens qui se connaissent mais qui ne se croisent que rarement, dans des gros salons. Je pense que beaucoup d’artistes vont se retrouver ici et faire un after sympa où les gens se tapent le bœuf pour créer un moment unique !

David : N’attendez pas de venir au MIGS pour acheter des billets ! On encourage les gens à prendre les billets pour le salon, on a des billets à prix réduits. Et je te l’ai dit, on a des salles assez petites donc autant réserver ses tickets en avance. Au Daily Rock, vous êtes des passionnés de musique, alors même si la guitare n’est pas votre truc, vous serez clairement bluffés par ces moments à vivre. Ben Poole a sa seule date en Suisse pour l’instant !

Emmanuel : Je suis d’accord avec l’achat de tickets ! C’est beaucoup plus simple de scanner un ticket que de devoir le vendre sur place. On cherche vraiment à ce que cela soit rapide et efficace pour notre première édition !


Site : www.migs.ch





Related Posts