RAMMSTEIN LIVE REPORT 2022

Photo Jacques Apothéloz

Préambule

2001. C’est la date où mes jeunes oreilles d’adolescent de 14 ans ont entendu pour la première fois Rammstein. Je m’en souviens comme si c’était hier. L’album Mutter, sorti la même année, a permis à Rammstein de se faire connaitre d’un plus large public au niveau européen et international. Issu d’une famille où la musique n’avait que peu d’importance, j’ai donc dû attendre 2001 pour enfin connaitre le groupe allemand.

Depuis cette première écoute, je suis devenu un grand fan des six teutons. J’ai rapidement voulu les voir en concert mais ai dû attendre ma majorité pour le faire. C’est ainsi que j’ai pu assister à mon premier live en 2005, lors de la tournée Reise Reise. Et pas n’importe où : au Wuhlheide de Berlin, lieu mythique pour tous fans. En effet, c’est dans cet amphithéâtre situé en pleine forêt que le populaire « Live aus Berlin 98 » avait été enregistré et filmé quelques années auparavant.

Au fil des ans, j’ai rencontré beaucoup d’autres fans dont certains sont devenus des amis. C’est pourquoi j’ai voulu tenter de rassembler les fans suisses (et d’ailleurs) grâce au groupe Facebook « Community of Rammstein Switzerland », créé en 2014.

L’année suivante, quelle ne fut pas ma surprise en recevant un mail du management de Rammstein. Il s’agissait de la personne responsable du fanclub officiel de Rammstein, nommé LIFAD. En effet, il n’y a qu’un seul et unique fanclub officiel, géré directement par le management. Cependant, il existe un représentant du LIFAD dans certains pays. En 2015, la Suisse n’en avait pas et le management me proposait de le devenir. Bien entendu, j’ai immédiatement accepté ce grand honneur. Cela fait donc bientôt 8 ans que la Suisse est officiellement représentée auprès de management.

Durant ces 21 ans de passion, j’ai eu la chance d’assister à 26 concerts à travers toute l’Europe. Les derniers étaient, bien entendu, ceux du Stadium Tour 2022.

Présentation Stadium Tour 2022

Durant le Stadium Tour 2019, Rammstein met en vente les billets pour le Stadium Tour 2020. Cinq concerts en 2019 n’étant pas suffisant, j’ai donc ouvert mon porte-monnaie pour acheter quelques billets. Malheureusement, en raison de différents projets personnels prévus en 2020, j’ai décidé de me consacrer qu’aux concerts situés à proximité de chez moi et ne nécessitant ni avion, ni hôtel. J’ai donc opté pour les concerts de Zurich, Lyon et Turin.

Comme vous le savez, l’année 2020 a été perturbée par le COVID et Rammstein s’est vu dans l’obligation de reporter toute la tournée, d’abord à 2021 puis finalement à 2022.
Malgré cela, une bonne surprise attendait les fans. Rammstein ne s’est pas contenté d’attendre patiemment 2022 mais a enregistré un nouvel album (le 8ème) qui sortira le 29.04.2022 : Zeit. S’en ai suivi une multitude de questions au sein de la communauté : est-ce que la setlist sera adaptée ? Est-ce que la scène sera modifiée ? A la base, le Stadium Tour 2020 ne devait être qu’une « prolongation » de la tournée 2019. Nous allions vite le savoir.

Prague – 11.05.2022

Courant avril 2022, je reçois une invitation du management pour assister au concert de répétition à Prague. Comme à son habitude, avant chaque début d’une nouvelle tournée, Rammstein effectue un ou deux concerts de répétition devant un public très limité. Les représentants LIFAD des différents pays sont invités et les membres LIFAD peuvent participer à un tirage au sort afin de tenter leur chance de participer à ce spectacle particulier. Evidemment, je réponds présent et invite également Sophie, une amie, à m’accompagner, comme le management le proposait. Nous organisons cela très rapidement, réservons un vol et un hôtel et commandons des couronnes tchèques en prévision de quelques bières.

Arrive enfin le 11 mai, la date du départ. A 09h30, nous prenons place dans le train direction l’aéroport de Genève. A cet endroit, nous rencontrons Nasta et Marina, fans suisses qui avaient remporté le concours LIFAD et avec qui nous avions préalablement pris contact via mon groupe Facebook. S’en suit un rapide vol avant d’atterrir à Prague. Nous gagnons immédiatement notre hôtel, lieu où nous avions rendez-vous avec ma vieille amie Rachael, représentante LIFAD du Royaume-Uni.

Après quelques bières à l’hôtel, nous nous rendons à pied sur le lieu du concert. Nous apercevons rapidement la gigantesque scène, au loin. Nous pouvons donc constater qu’il s’agit de la même scène que lors de la tournée 2019. Contrairement à la plupart des concerts prévus cette année-là, la scène n’a pas été montée dans un stade de football ou un stade olympique, mais sur le tarmac de l’aéroport de Letnany.

Sur place, après vérification de la présence de nos noms sur la liste des invités, nous rencontrons plusieurs amis que nous n’avions plus revu depuis 2019, dont plusieurs représentants du LIFAD (Serbie, Mexique, Pays-Bas, Australie, etc..) mais aussi des fans d’Autriche, d’Allemagne, de France (dont l’administrateur de RammsteinWorld, un des sites francophones les plus connus et les plus complets) et j’en passe. C’est aussi ça Rammstein : rencontrer ou revoir toutes ces personnes et partager un moment unique, convivial. Presque familial je dirais.

Lors des concerts de répétitions, il y a très peu de personnes. Je n’ai pas le nombre exact de fans présents ce 11 mai, mais je l’estime entre 300 et 400 personnes. Autant dire que quand la scène à la largeur d’un terrain de football, presque tout le monde peut être au premier rang, et sans être agglutinés les uns aux autres.

Après quelques bières, le concert s’apprête à commencer. Comme en 2019, l’ouverture du concert se fait sur « Music for the Royal Fireworks », jouée depuis la régie. Pendant ce temps, un grand écran se hisse lentement jusqu’au sommet de la tour principale située au centre de la scène, arborant la croix de Rammstein. Puis Christoph Schneider, le batteur, apparait sur scène, sous les applaudissements et les acclamations du public. Après les dernières notes de la musique d’ouverture, Christoph frappe de toute ses forces sa batterie, ce qui provoque un immense « BOOM » et une explosion de toute la scène, comme pour annoncer le début des hostilités. Alors que l’épaisse fumée blanche de l’explosion envahie la scène, les premières notes de « Armee der Tristen » se font entendre. Première satisfaction : la setlist a été quelque peu modifiée avec le nouvel album. Un à un, les cinq autres membres font leur entrée pour terminer par Till Lindemann, le chanteur. On ressent immédiatement une bonne énergie du groupe et leur plaisir à se retrouver (enfin !) devant leur public. De l’épaisse fumée noire s’échappe des 4 grandes tours situées dans le public et de la scène, plongeant la zone dans un brouillard inquiétant.

Le groupe enchaine avec un second morceau issu du nouvel album : Zick Zack avant de poursuivre avec un grand classique : Links 2 3 4. Ensuite, place à Sehnsucht et ses explosions qui parcourent la scène et la tour principale, parfaitement synchronisées avec la batterie de Christoph. Après cela, c’est avec Zeig dich (album de 2019) que le groupe poursuit. A cette occasion, nous pouvons admirer pour la première fois du show les lance-flammes dissimulés sur la scène, crachant des colonnes de feu à la verticale. Mein Herz brennt prend le relais, suivi de Puppe. La fameuse poussette géante, amenée sur scène par Till s’enflamme d’un feu rouge vif. Le chanteur est muni d’une mini caméra fixée sur son visage et une poupée est exhibée sur l’écran géant. Par la suite, cette dernière crache des mouches (ou des guêpes ?) et cela est représenté par des confettis noirs qui s’envolent de la poussette et de chacune des tours présentes dans le public, répandant des petits papiers noirs partout, qui virevoltent dans le vent. Le groupe enchaine avec Heirate mich, puis Diamant (qui sera finalement retirée de la setlist après ce concert). Après un court instant de calme, Richard Kruspe, un des guitaristes, apparait habillé d’un grand manteau blanc sur un monte-charge qui emprunte le même chemin que l’écran géant, à mi-hauteur de la tour centrale. Il lance un remix aux platines et interagit avec le public. Suite à cela, nous reconnaissons les premières notes de Deutschland et Richard rejoint à nouveau à la scène.
Le groupe enchaîne ensuite avec Radio puis Mein Teil. Depuis plusieurs années, Till tente de « cuire » Flake (le claviériste) dans une immense marmite qu’il fait chauffer au moyen d’un lance-flamme. Comme il n’y parvient jamais, au fil des tournées, il a changé de technique. Au début, il tentait simplement avec un petit lance-flamme. Puis, lors d’une tournée suivante, avec un lance-flamme bien plus conséquent. A présent, après avoir échoué avec ces deux moyens, Till fait venir sur scène une sorte de pièce d’artillerie qu’il place à l’opposé de la scène avant d’enclencher le feu sur le malheureux Flake, projetant ainsi des boules de feu à une dizaine de mètres de distance.

Après cela, place au probablement plus grand classique des allemands : Du Hast. Qu’importe l’année, le lieu du concert, le public, c’est toujours un moment magique d’entendre l’ensemble des personnes présentes interagir avec le groupe pendant cette musique. Lors de ce show, Till tire en l’air au moyen d’une sorte d’arbalète que projette du feu. Puis, des fusées projetant des étincelles s’élancent de la scène, parcours toute la fosse au-dessus du public jusqu’à atteindre les tours à l’arrière, avant de revenir vers la scène et de déclencher une grande explosion à leur arrivée, plongeant le tout sous des milliers d’étincelles. Nous n’avons que peu de répit car le groupe poursuit sa performance avec Sonne. Cette fois, c’est un véritable déluge de feu : des lance-flammes devant et derrière la scène mais aussi au sommet des 4 tours dans le public, au point que la température des lieux s’élève rapidement de quelques degrés. Après ces émotions, place à un peu de calme avec Zeit, suivi d’une courte pause pour le groupe, l’occasion pour le public de demander un rappel.

Après quelques minutes, le groupe apparait sur une seconde scène, nettement plus petite, au milieu du public. L’opportunité de jouer Engel, uniquement au piano, avant de revenir sur la scène principale pour reprendre de plus belle avec Ausländer. Habituellement, le retour vers la scène principale se fait sur des bateaux pneumatiques, portés par la foule. Dans le cadre du concert de répétition, au vu du peu de personnes présentes, cela n’était bien entendu pas possible. S’en suit Du riechst so gut puis Pussy. Comme lors des dernières tournées, Till prend place sur un grand… comment dire… sur un grand tuyau duquel s’échappe de la mousse blanche. Pas besoin de dessin, vous m’avez compris. Il se déplace avec cet « appareil » devant toute la scène, aspergeant tous les premiers rangs. Le groupe continue avec la musique Rammstein. Dans une ambiance lugubre, les musiciens jouent ce morceau qui rappelle la catastrophe aérienne du 28.08.1988, duquel ils se sont inspirés pour leur nom. Till se présente sur scène avec une espèce de sac à dos, lequel projette des flammes dans toutes les directions à chaque « Ramm – stein ». Richard et Paul, les deux guitaristes, possèdent un lance-flamme fixé à leurs guitares et font jaillir des flammes au-dessus de la foule.
Pour l’avant dernière musique, le groupe a opté pour un nouveau grand classique obligatoire pour un de leur concert : Ich will. Quelle puissance ! Les explosions synchronisées avec la musique me laisseront toujours sans voix. Rien que d’écrire ces lignes me donne des frissons.

Malheureusement, après un peu plus de deux heures de concert, le moment est venu du dernier morceau : Adieu. Une belle façon de terminer le show, non seulement par les paroles de la musique mais aussi par les flammes qui envahissent encore une fois de plus la scène et le public. Au terme de leurs prestations, les membres de Rammstein, comme à leur habitude, s’agenouillent sur scène pour saluer les fans et les remercier. Lors de ce concert de répétition, Richard ne le fera pas. Une attitude qui a fâché bon nombre de fans. Par la suite, les membres prennent place sur le monte-charge, lequel les emmène jusqu’au sommet de la tour principale. Les membres saluent une dernière fois leur public avant qu’une ultime explosion plonge la scène dans le noir, marquant la fin du spectacle.
Il nous faut quelques minutes pour reprendre nos esprits, comme à chaque fois. Nous décidons de nous joindre à quelques autres fans que je connais depuis un certain nombre d’années pour partager quelques bières à leur hôtel, avant de regagner le nôtre. Alcool aidant, nous avons passé une très bonne nuit reposante avant de regagner l’aéroport et reprendre notre quotidien, des souvenirs et des étoiles plein les yeux.

Mise à part quelques problèmes techniques (certains lance-flammes ne fonctionnaient pas), la prestation du groupe était au top et l’ambiance du public était excellente, malgré le peu de personnes présentes.

Zurich – 30.05.2022

Moins de 3 semaines après Prague, il est temps de se mettre en route pour le concert de Zurich le 30.05.2022. Le groupe y jouera deux soirs de suite, soit le 30 et le 31 mai.

Cependant, mon périple commence déjà la veille. En effet, comme à chaque concert, Rammstein offre la possibilité aux membres LIFAD de participer à un tirage au sort afin d’assister à un Meet & Greet avant le concert. Seule une dizaine de personnes ont la chance de gagner cela. Pour ma part, étant le représentant suisse du LIFAD, le management m’a contacté la veille du concert afin de m’inviter à cet événement. Un ami, François, avait eu la chance d’être tiré au sort pour y participer.

Nous avons fait le déplacement depuis le Valais en car. Cela nous permettait de ne pas avoir de souci à se faire pour le parking ni pour boire quelques bières. Je m’y rends avec ma femme Malika et plusieurs amis ou connaissances. Nous n’étions pas vraiment en avance et pour ne rien arranger, le chauffeur du car nous a emmené au Hallenstadion, au lieu du stade Letzigrung. François et moi, de peur d’être en retard à notre rendez-vous pour le M&G, décidons de descendre du car et de courir en direction du stade. Une fois sur place, malgré la foule qui faisait la queue pour entrer dans le stade, nous dépassons tout le monde et expliquons aux suisses-allemands juste devant le portique de sécurité la raison pour laquelle nous sommes pressés. Ces derniers nous comprennent et nous laissent passer. Nous avons à peine le temps de prendre une bière que nous voilà déjà au lieu du rendez-vous pour le M&G.

Sur place, nous rencontrons la dizaine de fans sélectionnés. Nous discutons quelques peu en anglais et je leur remets des cartes du fanclub suisse, tout en me présentant. C’est alors que j’ai remarqué que plusieurs d’entre eux étaient déjà membre de mon groupe Facebook et nous avons ainsi pu mettre des visages sur des pseudonymes utilisés sur les réseaux sociaux. Certains provenaient de suisse-allemande, d’autres de suisse-romande et une autre personne du Tessin. Quelques instants plus tard, Tom (une personne du management que je connaissais déjà un peu) s’est présenté à nous et nous a expliqué les modalités du M&G. Nous sommes ensuite rentrés dans les coulisses du stade. A cet endroit, nous avons dû nous soumettre à un dépistage COVID. Effectivement, le management ne pouvait pas se permettre qu’un des membres du groupe contracte le virus, ce qui aurait eu des effets indéniables pour la suite de la tournée. Tous négatifs (ouf !), on nous a demandé de patienter dans une salle.

Quelques instants plus tard, Till entre la salle. Il déclare directement en allemand « qui veut une bière ?» avant de se diriger vers un réfrigérateur et d’en sortir quelques bières pour nous, et pour lui évidemment. Après cela, il a fait le tour des fans, dédicaçant ce que ces derniers lui présentaient et faisant une photo souvenirs avec chaque d’eux. Puis Flake est arrivé, suivi de Richard, Paul, Ollie et pour finir, Christoph. Chacun a pris quelques instants pour faire des photos avec les fans et leur dédicacer les goodies qu’ils avaient amenés. Pour ma part, j’avais fait développer les photos prises lors du M&G 2019 ainsi que le dernier album. Par la suite, Paul est resté un moment avec nous pour discuter. Il a rapidement été interpellé par un membre du management qui le pressait : le concert allait débuter quelques instants plus tard. A la sortie des back stage, avec les différents fans, nous avons pris une minute pour faire ensemble une photo de groupe. Depuis, nous sommes toujours en contact via les réseaux sociaux. Suite à cela, chacun est parti soit dans la fosse, soit dans les gradins. Pour ma part, j’ai rejoint ma femme et mes amis en gradins. Parmi eux Mourad, un ami du Danemark que je n’avais plus revu depuis la dernière tournée et pour qui j’avais réussi à obtenir un billet.

© Vince Taramarcaz

A cause (ou grâce ?) du M&G, je n’ai pas pu assister au groupe d’ouverture. Cependant, il s’agissait du même duo de pianistes que lors de la tournée 2019, soit Duo Jatekok, d’origine française, qui reprend des musiques de Rammstein.

20h00, le concert commence. Mise à part Diamant qui est remplacée par Zeit, la setlist est identique au concert de répétition. Cependant, l’ambiance est nettement moins bonne. Cela était peut-être dû au fait que je me trouvais au sommet des gradins, relativement loin de la scène (de toute évidence, j’ai fait une erreur lors de la commande des billets). Mais selon mon expérience, les concerts de Rammstein en Suisse ne sont pas les meilleurs. Ce n’est peut-être qu’une impression, mais, pour ma part, rien ne vaut un concert en Allemagne, voire en France. Cela n’enlève rien à la qualité de la prestation du groupe. Le show reste (et restera) incroyable et les 45’000 à 50’000 personnes présentes le soir-là ne diront pas le contraire.

Lyon – 08.07.2022

Départ en voiture, seul, au petit matin. Je voulais être sur place assez rapidement pour profiter de revoir des amis avant le concert. Vers 13h00, après avoir pris possession de mon Air B&B, je me trouve à proximité du Groupama Stadium, d’une capacité de 56’000 personnes. Je suis rejoint par deux amis alsaciens, Alexandre et Yannick. Le but : profiter. En effet, le retard causé lors du voyage à Zurich m’avait laissé un goût amer. Nous nous asseyons donc dans un bistrot à proximité immédiate de l’entrée du stade et partageons plusieurs bières. Nous sommes rejoints plus tard par François.

Vers 19h00, nous nous dirigeons au stade. Nous devons nous séparer car nous ne nous trouvons pas aux mêmes places. Commence alors Duo Abélard, un autre duo de pianistes. J’en profite pour quitter ma place et trouver quelque chose à manger.

A 20h00, Rammstein arrive sur scène. Une fois de plus, le public français est à la hauteur de l’événement. La foule dégage une énergie incroyable, ce que le groupe ressent, de toute évidence. Il offre une prestation d’une grande qualité, malgré quelques légers problèmes de synchronisation à deux ou trois reprises. Cependant, un fan non assidu ne l’aura probablement même pas remarqué. De mon côté le son était parfait mais plusieurs personnes m’ont fait savoir par la suite que pour eux, le son n’était pas à la hauteur attendue. Question de configuration ? Pas impossible. Quoi qu’il en soit, ma place en gradin carré or, m’aura permis de profiter pleinement du concert, les yeux et les oreilles conquises, une fois de plus.

Après le concert, rendez-vous avec les amis pour une dernière bière puis chacun est parti de son côté pour passer la nuit dans son hôtel ou rentrer chez lui.

Turin – 12.07.2022

A peine le temps de reprendre mes esprits suite au concert de Lyon, qu’il faut me mettre en route pour Turin. Je m’y rends en voiture avec deux amies. Une fois le véhicule stationné, nous partageons des bières dans un bistrot et sommes rejoints par d’autres amis valaisans qui avaient fait le déplacement de leur côté.

Malheureusement, le hasard des places en gradin carré or, fais que je suis séparé de mes amis pour les concerts. Cependant, le hasard fait aussi parfois bien les choses : je suis entouré d’allemands, tous plus motivés les uns que les autres. L’un d’entre eux parle français et cela facilite grandement les choses. Le Stadio Olimpico Grande Torino, d’une capacité de 35’000 personnes est nettement plus petit que le stade de Lyon mais une ambiance incroyable règne dans les gradins et dans la fosse. Lors de la prestation de Duo Abélard, tout le monde chante, les gens se tapent dans le dos, rigolent, s’offrent des bières, etc…  J’avais déjà assisté à des concerts de Rammstein en Italie, mais celui-ci s’est clairement démarqué des autres.

Lors de la prestation de Rammstein, l’ambiance est juste incroyable. J’ai été vraiment surpris du public italien qui s’est donné à 100% pour le groupe. De plus, Rammstein a offert un concert fantastique et le son était parfait. Ce fut (en dehors du concert de répétition) le meilleur concert de la tournée pour moi.

Conclusion

Lors du Stadium Tour 2022, Rammstein n’a pas surpris mais surtout, n’a pas déçu. Au terme de leurs 34 concerts, nous pouvons constater que tous les membres sont toujours au top malgré la période difficile traversée par toutes les personnes issues de la scène artistique. Ils ont réellement plaisir à se retrouver sur scène et la voix de Till ne s’est pas affaiblie malgré les années qu’il commence à accumuler (il aura 60 ans en janvier 2023).

Bien que la scène n’ait pas été modifiée entre la dernière tournée et celle-ci, nous ne pouvions pas en demander autant au groupe et au management. Cette dernière est déjà extrêmement impressionnante de par ses dimensions et sa configuration et nous sommes en droit de nous demander comment ils pourraient faire plus grand, plus gros, plus frappant.

Nous pouvons en revanche regretter la setlist qui n’a été que peu modifiée par rapport à celle de la tournée 2019. Bien entendu, comme déjà dit, la tournée 2022 devait être une simple prolongation de la tournée 2019 mais les événements ont fait qu’un album est sorti entre-temps. Peut-être que certains autres morceaux du dernier album auraient eu leurs places dans ce nouveau show, comme par exemple Angst. Mais qui dit nouveaux morceaux, dit nouveaux effets pyrotechniques, nouveaux light show, etc… Modifier toute une tournée en si peu de temps n’est pas concevable.

Un concert de Rammstein reste toujours une expérience magique et je pense ne jamais être déçu d’une de leur prestation. Explosions, lance-flammes portables, jets de feu depuis les dessous ou dessus de la scène, etc… On en a à chaque fois plein les yeux. Comme l’a dit Till Lindemann un jour : « le public vient au concert pour voir quelque chose. S’ils veulent juste écouter la musique, il y a les albums pour ça ». On ne pourra jamais dire que c’était des paroles en l’air.


Retour en Suisse en 2023 !

Une très bonne surprise a été révélée lors du dernier concert européen, le 04.08.2022 à Ostende en Belgique. Au terme du concert, l’écran géant sur la tour principale s’allume et les fans peuvent voir défiler différents drapeaux de pays suivis d’un message simple mais efficace : SEE YOU IN 2023 !

Voilà comment Rammstein a décidé d’annoncer une nouvelle tournée européenne pour l’année prochaine. Les dates de l’Europe Stadium Tour 2023 ont été dévoilées le 1er septembre. Rammstein sera à nouveau présent en Suisse les 17 et 18 juin 2023, au stade Wankdorf à Berne ! Dix-huit autres dates sont également prévues ailleurs en Europe.
La vente des billets débutera via Ticketcorner le jeudi 08 septembre 2022 à 10h00, heure locale. A vos claviers !

Certains parlent d’une dernière tournée. Cela n’est pas impossible car Till Lindemann avait dit lors d’une interview, il y a plusieurs années, qu’il pensait arrêter lorsqu’il aurait 60 ans. Mais nos 6 teutons n’ont jamais cessé de nous étonner alors espérons que nous pourrons encore pour de nombreuses années assister à leurs prestations toujours incroyables.

Rammstein se trouve actuellement aux USA pour sa tournée Nord-américaine. Le premier concert a eu lieu à Montréal le 21 août 2022. Il sera suivi de 8 concerts aux USA pour terminer avec 3 concerts à Mexico. Leur dernier passage dans ces pays remonte à 2016.

[Texte : Vince Taramarcaz]
[Photos : Jacques Apothéloz]

Toutes les infos : LIFAD Suisse Facebook / Instagram

Related Posts