Le virus des concerts ?

Le 28 février 2021, cela fera déjà un an qu’il n’y a pas eu un concert « normal », c’est-à-dire sans limitations, en Suisse.

Cela avait commencé avec une interdiction fédérale des rassemblements de plus de 1’000 personnes, qui après deux semaines s’était transformée en fermeture complète de toutes les salles, vu l’explosion des cas de contamination partout dans le pays. Tout le monde à la maison ou presque, avec uniquement des concerts en streaming pour les artistes et spectateurs en manque de spectacles.

Les éditions 2020 des principaux festivals d’été sont logiquement annulées et la grande majorité des concerts reportée à un futur plus ou moins proche. Heureusement, l’état d’urgence se termine à la fin du printemps et dès le mois de juin les concerts peuvent reprendre mais limités à 300 personnes et avec des mesures assez drastiques (qui iront du traçage des contacts à l’obligation de porter un masque notamment, ou encore la mise en place d’un plan de protection). Les organisateurs de concerts, dont le travail est inversement proportionnel aux revenus en cette année, ont le mérite de continuer de mettre sur pied des concerts, malgré toutes les contraintes imposées.

Cette fenêtre ne durera toutefois que quelques mois puisque depuis le 28 octobre 2020, les manifestations sont limitées à 50 personnes, avant la fermeture peu après à nouveau de toutes les salles de concerts.

Chez Daily Rock, nous sommes une équipe de passionnés par la musique live. Chaque mois, nous vous présentons les concerts à ne pas louper, nous vous racontons les meilleurs shows que nous avons pu voir et nos photographes vous montrent les images qu’ils ont capturé dans les nombreuses salles de notre pays. Alors évidemment, quand les concerts ont repris, nous étions présents et nous n’avons pas eu l’impression d’être dans une situation dangereuse.

Suite à la nouvelle fermeture des salles, nous nous sommes donc demandé si les concerts étaient un lieu de transmission du coronavirus. Une question à laquelle il devrait être facile de répondre puisque depuis l’été, chaque organisateur avait l’obligation de tracer les spectateurs présents. Ce qui signifiait que si une personne se faisait tester positive peu après, le Médecin cantonal devait prendre contact avec l’organisation pour connaître les autres personnes présentes afin d’organiser les quarantaines.

A défaut d’avoir pu lire une étude publiée sur le sujet, nous avons interrogé quatre responsables de salles et festivals qui ont organisé des concerts en septembre/octobre pour savoir quelle avait été leur programmation, quelles restrictions avaient été imposées et surtout comment cela s’était passé.

Katharsys Productions

Depuis la reprise d’été, Katharsys Productions (KP) a organisé deux manifestations : la première était sur la place du Château de Orbe avec les concerts d’Among Vulture, [Eyoth] et Aural Coma (environ 120 personnes) le 12 septembre et la seconde le festival “Notre Région a du Talent” le 26 septembre à la halle des Fêtes de Vallorbe avec Sideburn, G.O.A.T., Almost Human, Chaoseum, AnotherOX et Trash&Co (environ 220 personnes).

Mesures

Les mesures en place étaient les suivantes :

  • Le dispositif sanitaire a été mis en place avec l’aide des autorités municipales et policières des communes de Orbe et Vallorbe. KP a décidé d’imposer des mesures assez strictes afin de ne pas se retrouver prise en défaut par des mesures de dernières minutes ou de mettre en danger la santé du public.
  • Pour Orbe, le nombre de participants était limité à 300, le traçage effectué sur présentation d’une pièce d’identité et désinfection des mains. Le port du masque n’était pas obligatoire car il s’agissait d’une date en extérieur.
  • Pour la date de Vallorbe, KP a imposé les consommations assises, les distances de sécurité, le port d’un masque, des circuits unidirectionnels dans les déplacements du public et un traçage renforcé en plus des mesures déjà imposées à Orbe. Durant la manifestation, il y avait des collaborateurs dédiés au contrôle de la désinfection des mains et du port d’un masque

Constats de l’organisateur

  • La mise en place des mesures a été contrôlée et appuyée par la Gendarmerie Vaudoise et la Sécurité Municipale d’Orbe et de Vallorbe, qui se sont montrées très empathiques et très prévenantes pour aider.
  • Aucun problème quant à l’acceptation ou l’application des mesures tant par le public que par les artistes ou les collaborateurs n’a été constaté. Les gens étaient trop heureux de retrouver de la musique live pour râler contre les mesures.
  • Dans les deux soirées, tout le public a joué le jeu et il n’y a eu à aucun moment besoin de rappeler les consignes tant les gens ont été respectueux. Les collaborateurs ont plutôt eu un rôle informatif pour guider les gens dans les circuits.
  • Aucune contamination connue au sein du staff, du public et des artistes.
  • KP n’a pas eu à communiquer la liste des gens présents à ses manifestations.

Merci à Axel Castillo pour ses réponses

Les Docks, Lausanne

Habituellement fermée l’été, la salle lausannoise, d’une capacité de 1’000 personnes en temps normal, a proposé plusieurs événements en septembre et octobre 2020 qui peuvent être résumés ainsi :

  • 03.09.20 : Projet Proxima de Fixit, concert dans le Café des Docks, avec 1 secteur de 200 personnes maximum.
  • 10.09.20 : vernissage de l’exposition de Nadia Tarra, avec 1 secteur de 200 personnes maximum.
  • 18-20.09.20 : Label Suisse Festival, avec 2 secteurs imperméables de 300 personnes maximum.
  • 27.09.20 : spectacle familial de Gaëtan, 1 secteur de 300 personnes maximum.
  • 22-24.10.20 : Croc’ the Rock Festival. 1ère soirée : 3 secteurs imperméables de 100 personnes maximum. 2 autres soirées : 2 secteurs imperméables de 300 personnes maximum.

Mesures mises en place

Les mesures en place étaient les suivantes :

  • Les plans de protection étaient systématiquement soumis avant la tenue de l’événement. 
  • Une personne était responsable durant les événements de vérifier l’application du plan de protection. 
  • Pour le concert de Fixit et le vernissage, le masque n’était pas encore obligatoire pour le public (fortement recommandé à l’entrée et rendu obligatoire par la direction pour les employé.e.s) et les boissons pouvaient être consommées debout. Le public portait majoritairement le masque.
  • Dès le Label Suisse, masque obligatoire pour tous, consommation uniquement assis – service à table. 
  • Depuis la réouverture en septembre : application de traçage obligatoire, maximum de 300 personnes par zone imperméable (non communicables entres-elles, propre toilette – bar – entrée – sortie). 

Constats de l’organisateur

Aucune contamination connue au sein du staff ou des artistes. Une personne a contacté les Docks au lendemain de la première soirée du Croc The Rock Festival pour les informer qu’elle avait été testée positive, mais qu’elle avait été infectée avant de se rendre aux Docks. Les organisateurs ont pris ses coordonnées et ses heures de présence sur le site, puis les ont transmises au bureau du médecin cantonal. La salle n’a pas été informée de la suite donnée à ce cas et n’a pas eu de retour de la part du bureau du médecin cantonal.

La police du commerce est passée deux fois (1x à Label Suisse et 1x au Croc’ the Rock) pour vérifier le plan de protection et son application. Elle a pu constater que tout était parfaitement en ordre. 

Merci à Jolan Chappaz, responsable communication des Docks, pour ses réponses

Music On Stage

Une seule manifestation a été mise en place par Music On Stage : la 7ème édition du Metal Assault en date du 3 octobre 2020, à Lausanne, salle de Grand-Vennes. La fréquentation a été très bonne, probablement en raison de tous les festivals annulés durant l’été et du fait que les gens avaient envie d’avoir « quelque chose à se mettre dans les oreilles ». Il y a eu environ 60 entrées de plus que lors des derniers événements, ce qui est plutôt pas mal pour une capacité de 200 personnes.

Mesures

Les mesures en place étaient les suivantes :

  • Port du masque obligatoire dans l’enceinte du festival.
  • Interdiction de consommer debout, uniquement autorisé étant assis ou à l’extérieur du festival.
  • Mise à disposition de désinfectant à chaque point de passage (entrée, bar, etc).
  • Prise de coordonnées de toutes les personnes présentes sur le festival.
  • Mise en place d’un marquage pour diriger les flux de personne (entrée et sortie par des accès différents.
  • Chaque membre du staff a œuvré pour que les mesures soient respectées. Les personnes à l’entrée faisaient un rappel des règles. Les sécu et les serveurs avaient aussi pour mission de surveiller cela.

Constats de l’organisateur

  • Le public a étonnamment bien suivi les consignes Il y a toujours une ou deux personnes un peu plus réfractaires que les autres, mais le staff a fait un boulot exemplaire pour expliquer les raisons pour lesquelles il fallait suivre les mesures.
  • Le traçage au sol n’a pas marché aussi bien qu’espéré mais globalement bien quand même.
  • Aucune contamination connue au sein du staff, du public et des artistes.
  • Music On Stage n’a pas eu à communiquer la liste des gens présents à sa manifestation.

Merci à Anthony Clerc de Music On Stage pour ses réponses.

Label Suisse Festival

La 9ème édition de Label Suisse a organisé un peu plus de 60 concerts le weekend des 18-20 septembre 2020 au centre-ville de Lausanne (Place centrale, Métropole, D ! Club, Salle Paderewski, Docks, Eglise St-François). Le festival a aussi organisé différentes rencontres professionnelles.

L’édition 2020 a comptabilisé un peu plus de 25’000 scans sur les trois jours du festival, soit 25’000 festivaliers au total. La fréquentation de l’édition précédente avait été estimée à 90’000 personnes ; celle de l’édition 2016, marquée par les intempéries, à 60’000.

Mesures

Les mesures en place étaient les suivantes :

  • Port du masque obligatoire.
  • Interdiction de consommer (boisson/nourriture) debout.
  • Limitations à 1’000 spectateurs en même temps par concert.
  • Inscription préalable obligatoire.
  • Mise en place d’un plan sanitaire.
  • Le staff sécurité, ainsi que l’équipe des bénévoles, a été renforcé.
  • Communication massive en amont du festival.

Constats de l’organisateur

  • Aucun souci majeur dans le suivi des règles, l’ensemble des personnes présentes tous secteurs confondus s’est montré respectueux de la situation.
  • Aucune contamination connue au sein du staff, du public et des artistes. Des cas positifs du côté des artistes ont été annoncés en amont et les concerts concernés (3 au total) ont été annulés et remplacés en dernière minute.
  • L’organisation n’a pas eu à communiquer la liste des gens présents à ses manifestations

Merci à Claire Brawand et à Michel May pour leurs réponses.

Conclusion

Au vu des réponses reçues, force est de constater que les concerts organisés en septembre et octobre 2020, au moment même où le nombre des cas positifs reprenait l’ascenseur, n’ont à première vue pas été une source de contamination.

Si cela avait été le cas, vu le système de traçage mis en place, les organisateurs auraient nécessairement dû être contactés pour partager les données relatives aux personnes présentes dans le cadre du traçage des contacts.

La seule contamination connue a été annoncée après une soirée aux Docks, mais la contamination avait eu lieu avant le concert et n’a semble-t-il pas eu de conséquences pour les autres personnes présentes dans la salle, ce qui laisse plutôt penser que les mesures mises en place sont efficaces pour éviter une propagation du virus dans les salles de concert.

L’autre constat frappant qui ressort des réponses reçues, c’est cette volonté d’aller de l’avant chez les organisateurs qui continuent à proposer des concerts alors c’est pratiquement mission impossible, notamment en raison des mesures qui changent de jour en jour. Merci à eux pour leur enthousiasme qui est lui beaucoup plus contagieux que ce maudit virus.

Si dans l’urgence et le doute, il est compréhensible de viser large en arrêtant tout ce qui ressemble de près ou de loin à une réunion d’individus, il s’impose en revanche d’entamer dès que possible, des réflexions sur la justesse des mesures ordonnées et de les modifier s’il s’avère qu’elles sont inutiles ou disproportionnées. Ce raisonnement ne vaut pas uniquement pour les concerts, mais également pour tous les domaines concernés, tels que les salles de cinémas, les fitness, les théâtres, les musées etc.

Si effectivement les salles de concerts ne sont pas un lieu de transmission du covid-19, comme le laisse penser les constats des différents organisateurs, alors rien ne s’oppose à une réouverture prochaine.

A l’évidence, cet article n’a rien d’une étude scientifique digne de ce nom et si l’on devait m’accuser de partialité dans la cause du retour des concerts je ne crierais pas au scandale, mais j’espère qu’il fera au moins réfléchir, susciter le débat et pourquoi pas, rêvons-un peu on n’a rien d’autre à faire, déboucher sur une vraie analyse ou mieux encore la réouverture des salles.

Related Posts