FIZZY BEARD – La barbe qui frise

Caves du Manoir, Fizzy n’y croit toujours pas. Il joue ce soir en première partie d’Anneke van Gierbergen (ex-The Gathering), une de ses héroïnes. Elle va même chanter sur l’un de ses morceaux. Pour une fois, une jolie histoire sous le sceau du covid…

Il y a deux ans, Anneke van Gierbergen lançait durant la pandémie ce concours sur internet pour proposer ses services vocaux pour gagner un peu de sous pendant le confinement, raconte-nous un peu comment cela s’est passé ?
Une amie m’a contacté qui m’a parlé de ce concours et m’a dit que je devrais envoyer un truc, que c’était ouvert à tous. Pendant le premier confinement, j’avais composé plus de quarante instrumentaux en l’espace d’un mois. Je dormais quatre heures par nuit, c’était magnifique ! Mais j’ai envoyé un morceau que j’avais écrit en 2018 parce que je savais que cet instru avait quelque chose de spécial. J’ai envoyé ça et directement son mari Rob m’a contacté et dit qu’elle aimait beaucoup. Elle sélectionnait un morceau par mois et comme il manquait des paroles et la ligne vocale, elle m’a dit de rajouter ça et que le mois suivant, elle la prendrait. Ce que j’ai fait. Ça a été validé et enregistré.


Un an après avoir sorti l’album, tu partages l’affiche avec elle ici aux Caves du Manoir…
Oui c’est un joli cadeau de la vie. Trois semaines après avoir sorti mon EP de piano, je peux jouer sa première partie sur sa tournée acoustique. J’en ai rêvé depuis que j’ai entendu sa version de ‘Leaves’ de The Gathering en version piano.


Parle-nous du concept de ‘Goddesses among us’ sur lequel elle chante.
Mon idée était d’avoir sept chanteuses. Ça s’est développé sur un projet de livre. Lorsque j’ai fait un crowdfunding sur Wemakeit pour l’album, je suis tombé par hasard sur internet sur un livre qui avait le même nom d’une auteure de Californie avec la même pochette, les mêmes couleurs, une déesse au milieu. Elle avait interviewé seize femmes. C’était leur histoire qui était retranscrite. Je l’ai contactée et là on vient de sortir la B.O. du livre 2 (c’est une série de cinq livres) dans lequel à chaque fin de chapitre, il y a un QR code qui renvoie sur la musique qu’on a faite avec des chanteuses, tout ça inspiré de leur histoire. Peut-être qu’un jour on fera la suite. Le dernier qui est sorti, c’était en mars 2022, vingt-et-une chansons avec douze artistes différentes. On est en train de faire la musique du livre 1 qu’on va sortir cette année aussi en version française. Ce livre va aussi lancer mon association que je crée en Valais en faveur des femmes. L’idée est que tous les gains de ce livre iront à l’association qui va fournir par exemple des gens formés pour raccompagner des femmes le soir ou les envoyer sur les lieux de travail pour faire de la prévention concernant le harcèlement sexuel, ce genre de choses.

Comment s’appellera cette association ?
Fizzy et les goddesses !

Il y a beaucoup de chanteuses différentes sur ce projet. Qu’est-ce qui fait que tu les contactes ? Comment les choisis-tu ?
Ces dernières années, j’ai dû entendre plus de quatre cent voix de femmes. Je vais sur Spotify notamment. J’ai d’ailleurs créé une playlist qu’avec des voix de femmes. J’ai aussi des amis qui m’ont fait écouter beaucoup de choses et ensuite j’y vais au feeling et puis je suis dépendant de celles qui répondent (rires). Sur deux cents contacts, j’ai eu quinze, vingt réponses.

Anneke a eu l’idée créative pendant le confinement de proposer ses services pour gagner des sous. Quel effet le confinement a-t-il eu sur toi ?
Comme je l’ai dit avant, j’ai beaucoup composé, j’ai travaillé mon piano trois, quatre heures par jour sur mon clavier parce que c’est relativement récent comme instrument pour moi. Avant, j’étais à fond sur ma guitare car je voulais être le meilleur guitariste du monde et maintenant, je peux faire un live avec mon piano pendant 2h. Et sinon j’ai aussi pu contacter plein de chanteuses pour l’album

‘Goddesses’ justement, Mia, Jessana et Krystal, ça s’est finalisé comme ça sans qu’on se voie. Si tu veux faire une tournée, tu ferais ça comment ?
On en a déjà parlé avec Jessana ou Mia. Elles suffiraient largement pour faire une tournée. Mais bon, ça demanderait beaucoup de préparation.

Texte : Joëlle Michaud & Estel Fogo

Photos : Alex Pradervand

Related Posts