CONJURING 3 : Satanisme et Malédiction

Ed et Lorraine Warren sont appelés au secours pour l’exorcisme d’un enfant de 9 ans David Glatzel. Malgré leur grande expérience dans le domaine ésotérique, les Warren en perdent littéralement leur latin. C’est un cas avec des manifestations qu’ils n’ont jamais vues. Le démon semble pouvoir changer facilement de corps. Les Warren vont donc s’engager sur un chemin qu’ils n’ont encore jamais emprunté…

Issu également des dossiers secrets de Ed et Lorraine Warren, le cas de cet exorciste n’est pas banal. Il s’agit ici d’une possession lourde et subtile certes, mais surtout contrôlée par un tiers. Dans le genre, on ne fait pas plus difficile à résoudre. Ce panier de crabes où le réalisateur nous fait plonger est aussi trouble que les causes de la possession. Dans un décor pas aussi sombre que ça, si l’on y regarde à plusieurs fois, le scénario nous entraîne dans un tourbillon diabolique d’événements qui défient les codes de l’occulte dans ses plus précieuses règles de manifestation. Par rapport au premier volet des dossiers Warren, celui-ci est à un niveau extrêmement confus et complexe en même temps.

Âmes sensibles s’abstenir. Comme pour les autres films de la saga, la documentation est précise, la terreur est bien interprétée et le réalisme tout à fait correct. Le rythme est soutenu au point que l’on ne voit pas le temps passer à l’instar des événements qui défilent avec une rapidité indécente. Il est vrai qu’il est difficile sur un format cinéma de garder la tension intacte sur une histoire qui s’est en réalité déroulée sur plus de huit mois. Les effets spéciaux sont d’une beauté à couper le souffle et l’on peut saluer le travail du détail et la minutie des décorateurs et des accessoiristes.

Bien que, comme dans les autres Conjuring, il n’est presque pas expliqué le pourquoi du comment ésotérique, la narration est fluide est concise. Dans le but, sans doute, de s’en tenir le plus possible au dossier qui, pour mémoire, est audio et constitué des notes de Ed Warren principalement ainsi que de l’expérience de Lorraine Warren et de son témoignage. Il est par conséquent évident qu’ils n’ont pas pu parler des entre-deux de la vie quotidienne des Glatzel.

Biens heureux ceux et celles qui pensent encore que ce n’est que de la fiction… [Claire Blanchard Buffon]

Conjuring : Sous l’emprise du Diable
(The Conjuring : The Devil Made Me Do It)
USA – Horreur – 2020
De Michael Chaves
Avec Patrick Wilson, Vera Farmiga, Sterling Jerins plus
Warner Bros
09.06.2021 au cinéma

Related Posts