ALEX LOFOCO – L’Empire de la basse

Né à Rome mais désormais Londonien, Alex Lofoco a la basse dans son cœur. Avec sa méthode d’apprentissage sous forme de couleur et son album de prog-rock intitulé ”Beyond”, Alex va bien au-delà de l’instrument et se focalise sur la musique et son essence.


Tu es le seul bassiste qui sera présent au MIGS !
Alex Lofoco : C’est fou hein ! Il n’y a pas beaucoup de bassistes ? Il faut croire. La guitare est peut-être plus facile à aborder ? Mais c’est un énorme privilège pour moi, j’espère rencontrer d’autres bassistes ! En même temps, c’est cool d’être le seul, je pourrai jouer avec tout le monde ! (rires)

Tu as découvert la basse assez jeune…
Alex Lofoco : Je devais avoir 17 ans lorsque j’ai vu une basse pour la première fois. Iron Maiden est le groupe qui m’a introduit au rock. J’aimais la batterie, et un ami d’école m’a demandé de rejoindre son groupe à la basse. J’ai eu une révélation !

Cortex est ton sponsor. Comment cela s’est-il fait ?
Alex Lofoco : J’ai rencontré Pierre à Londres, lors du London Bass Guitar Show, il y a trois ans. Il y bossait pour une autre compagnie. J’ai essayé plusieurs de ses basses, et j’ai été fasciné par une de ses basses sans frettes. Nous avons construit une amitié, puis lorsqu’il a commencé Cortex Bass, il m’a pris sous son aile. Cela doit faire deux ans qu’ils sont mes sponsors, depuis le dernier NAMM. J’adore vraiment leurs instruments, et les gens sont vraiment gentils.

Tu vas faire une masterclasse au MIGS, tu vas y présenter Cortex ?
Alex Lofoco : Peut-être. Je pense parler de la basse et de la musique avant tout, donc je vais condenser cela en relation avec un nouveau livre que j’ai sorti, ”Scale Color System”. C’est un système pour visualiser les frettes. Tu n’as qu’un certain nombre de doigts ! Donc j’utilise une sorte de système de Tetris pour visualiser tes frettes. Cela fonctionne pour la guitare et pour la basse. Normalement tu ne vois que les points, mais ici j’utilise des couleurs qui peuvent se mélanger selon les gammes et le combinasons de tes doigts.

C’est super intéressant !
Alex Lofoco : Les guitaristes et bassistes cherchent à relier les points entre eux… Mais ils ne font pas vraiment sens ! Si tu les colories, alors cela forme un dessin qui se répète et tout devient plus clair ! Je pense que ma masterclasse sera surtout là-dessus, et comment s’amuser avec la musique !

Comment t’es venue l’idée ?
Alex Lofoco : J’avais de la peine avec des étudiants, ils n’arrivaient pas à jouer la gamme majeure. J’ai pensé à ces sortes de patterns, de répétitions. J’ai pensé à des briques, des blocs avec lesquels tu peux jouer de manière verticale, horizontale, c’est le Tetris dont je te parlais !  Au fond, étudier quelque chose par coeur devient astreignant, tu t’en rappelles, mais tu vas l’oublier, mais si tu découvres, tu vas t’en rappeler, c’est comme faire du vélo : tu découvres ton équilibre, et tu ne vas jamais l’oublier.

Si tu découvres la gamme, alors tu ne vas jamais l’oublier. Ces couleurs te servent de guides pour t’en rappeler, pour intégrer, ta main doit bouger, tes doigts doivent bien se placer… C’est une idée que j’ai eu il y a douze ans, mais mon premier livre n’est sorti qu’il y a quatre ans. J’ai testé mon idée pendant presque dix ans ! Mes élèves comprenaient le système en moins d’une heure, j’étais si heureux de voir que cette méthode fonctionnait ! C’est une formule magique ! Rouge, double bleu, double jaune… C’est vachement plus facile pour se souvenir de tout !

Au fond ce n’est qu’une histoire de placement ?
Alex Lofoco : Exactement ! Tu ne te perds jamais, et tu peux comprendre où est le son que tu aimes, où il se trouve. Ce type de soutien aide à apprendre plus vite. Les trucs ennuyeux sont assimilés très vite, du coup tu peux directement te mettre à jouer les choses que tu aimes !

Je connais quelques bassistes qui en auraient bien besoin !
Alex Lofoco : (rires) Les gens se retrouvent vite frustrés, ou se perdent, ne comprennent pas. Pour moi l’idée c’est d’avoir une vue générale avant de pouvoir entrer dans les détails. Mon livre dit : toutes les notes dont tu as besoin sont au bout de tes doigts ! Tu peux vraiment tout jouer, même si tu as les notes, les cordes, tout cela devient très confus alors que leur origine vient de la gamme majeure ! Il faut démystifier les frettes. Beaucoup de bassistes m’ont donné de bonnes critiques ! Tu peux retrouver mon livre sur l’Apple Store d’ailleurs !

Qui sont tes bassistes préférés ?
Alex Lofoco : Le premier, ce serait Steve Harris de Iron Maiden. C’est lui qui m’a donné mon envie de jouer – son style est très agressif. Puis j’ai découvert Jacco Pastorius (Weather Report), avec ses mélodies. Ensuite Rocco Prestia, Victor Wooton avec le slap. Ces bassistes ne sont pas timides, ils ont toujours un son lourd, énergique, c’est un style de musique que j’aime. Mais j’aime beaucoup le travail d’autres personnes, Markus Miller, Stanley Clark, Paul McCartney… ! J’oscille néanmoins entre les quatre premiers cités. J’ai des influences, mais ce que j’essaie de faire c’est vraiment de faire de la musique à travers la basse, plutôt que de la basse à travers la musique. J’essaie d’aller au-delà de l’instrument que l’on m’a donné. Tiens d’ailleurs je fais du prog fusion, je suis sûr que tu aimeras ! J’ai plusieurs invités, notamment avec Dream Theater, Chick Corea, cela va du heavy au funk, jazzy, latino… C’est vraiment fun !

Site : Alex Lofoco // Masterclass : Samedi 30 avril 2022 – 10h30 – Lobby

Related Posts