Où en est donc cette héroïne des années nonante qui avait vendu plus de trente millions de son premier album ? Celle qui fête les désormais vingt-cinq années de ce même album coup de poing ‘Jagged Little Pill’ – et qui a aligné les tubes pendants plus d’une décennie – a-t-elle bien vieilli, a-t-elle su se renouveler? On aurait tendance à dire pas trop, tant la Canadienne a allègrement puisé dans son vieux livre de recettes qui a séduit une génération entière. Prenons pour preuve un des single, ‘Ablaze’, aux faux airs de ‘Joining you’. ‘SPFOTR’ est globalement down-tempo avec des élans plutôt mélancoliques et posés si l’on excepte le single ‘Reasons I drink’ ou ‘Nemesis’. Alanis nous gratifie encore un titre d’album à la signification plutôt obscure, elle qui pourtant a toujours été plutôt transparente et sans faux-semblants dans ses paroles. Elle s’est toujours livrée sans détour et cet album ne fait pas exception. Sa famille est un sujet récurrent au travers de ses morceaux, mais aussi des épisodes plus sombres (addiction et dépression). La vidéo-Covid de ‘Ablaze’ a d’ailleurs été filmée chez elle mettant en première ligne enfants et mari. Sans être raté, cet album n’emporte pas dans les étoiles, tant on n’arrive plus à se contenter de ces morceaux un peu tièdes et uniformes. On retiendra néanmoins quelques bons moments comme ‘Reckoning’ ou ‘Losing the Plot’, mais le reste manque un peu de sel. Recettes à revisiter pour Alanis histoire de pimenter le tout.

note 2.5/5

www.alanis.com