Leur album ‘Devil Is Fine’ est à peine sorti que le monde du metal s’emballe, et que la communauté fond pour ce mélange de heavy et de chants d’esclaves traditionnels. Là où quelques idées prenaient forme en tant que ‘challenge original’, MetalHammer, Noisey, Arte et même Slash ne tarissent pas d’éloges, et le groupe se retrouvera même en tournée avec Marilyn Manson. Un phénomène suisse rare.


En 2017, vous êtes passés d’anonymes à la prochaine sensation metal. Quel effet ça fait ?
C’est très bizarre, mais je mets un point d’honneur à rester réaliste. A l’heure où je te parle, nous allons faire notre premier concert la semaine prochaine, et donc j’hésite à dire quoi que ce soit avant que cela n’arrive. C’était sympa d’avoir toute cette attention sur nous, maintenant il faut qu’on prouve ce qu’on vaut réellement.

Tu disais ne pas avoir de stratégie marketing, mais ton concept semble avoir marché quand-même !
Je vois plutôt ça comme une suite d’heureuses coïncidences. En fin de compte, c’est ce qui définit la popularité. C’est comme la météo : tu ne peux pas prévoir ce qui va se passer, mais tu t’adaptes.
Tout est un peu trop frais pour que je m’avance, je te redis dans quelque mois ! Néanmoins, je suis sûr que la musique sera la même qu’avant ce vent de folie qui s’est emparé des médias !

Vous allez vous attaquer au monde entier en tournée : tu vois ça comment ?
Raphaela, notre bassiste, est la seule avec une expérience en live. Les autres, nous sommes des petits nouveaux. C’est autant réjouissant que terrifiant. Ma seule expérience live, c’était il y a deux ans : je jouais à une heure de l’après-midi, et il ne restait que les gens encore debout de la veille et ceux qui allaient chercher à manger. C’était dur !

La communauté metal semble plus ouverte que les autres. Comment tu l’expliquerais ?
D’après ma théorie, le metal et le black metal en particulier utilisaient la musique sous sa forme la plus extrême, mais désormais les musiciens l’abordent de manière plus classique. J’adore l’idée de découvrir de nouvelles formes d’extrêmes. La communauté black est très protectrice, ses membres gardent cette musique dans leur coeur, et si tu cherches à la rendre bâtarde, ils ne vont pas t’avoir à la bonne et voient ça comme du manque de respect. C’est assez bizarre, vu qu’ils jouent avec pas mal de thèmes hérétiques. Je pense surtout que les gens qui ne s’intéressent pas à ma musique ne vont pas écrire dessus. [LN]

www.zealandardor.com

En concert le 10 août au Rock Oz’Arènes d’Avenches !

Fiche CD :
Nom de l’album : ‘Devil Is Fine’
Label : Radicalis
Note : 4.5/5

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.