Les ruines d’Erguel reprennent du service.

Dans le monde joyeux des festivals, le Toxoplasmose Festival est bien un événement particulier. On en a toujours entendu parler, mais rares sont les pauvres fous (plutôt les types réjouis) qui en sont revenus… Normal, quand tu y es, il y a peu de chances que tu veuilles en repartir de ton plein gré, certains prétendent d’ailleurs que l’endroit est ensorcelé…

Au pied des ruines du château d’Erguel, qui surplombe St-Imier, le Toxoplasmose Festival balance du lourd, de quoi faire frémir ta nuque et tomber tes dents. Cette année, les ‘addicts’ aux poils de chats ont droit à Age Of Woe, triple steak satanique qui mêle la lourdeur du doom et la puissance du death, tout droit venu de Suède. Ils partagent l’affiche avec Deadmen, un quatuor sludge qui nous vient de Nancy ou encore Lambs, un apéritif entre black metal et crust, cocktail sombre. Ce sera pour jeudi soir.

Vendredi, les nerveux Vitamin X prennent possession de la forêt. Le sabbath n’en sera que meilleur accompagné des portuguais de Serrabuhlo ; le grind, c’est par là. Comity, No Vale Nada et Unsu seront également de la partie pour n’en citer que trois.

Quelques rondes autour du feu et quelques tonnes de bouffe royale dans la panse, saupoudrée de vapeur d’absinthe, c’est déjà samedi… Mais la fête n’est pas finie, Stuntman, Fange, Menhir et Gold vont clairement vous faire perdre vos restes de moelle épinière. Un passage dont on se réjouit tout autant est la venue de La Gale, qui va ajouter à la sauce un hip hop piquant, définitivement sombre et grinçant, vous allez voir mes agneaux, vous allez voir.

Le festival est joignable par navettes qui partent de la gare de St-Imier, sinon, il y a toujours le stop, le balai ou les boucs volants.

On se voit là-bas ?

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.