Après ‘My Love is Cool’ voilà que le groupe anglais le plus en vogue actuellement sort ‘Visions of a Life’, un album plus en nuances qui leur assurera une place au panthéon des nouveaux groupes émergents.

 
Michael Winterbottom vous a suivi dans votre dernière tournée dans le cadre d’un de ses documentaires. Ça fait quel effet d’avoir toujours des yeux posés sur toi?
Je ne trouve pas cela très naturel de se faire suivre tout la journée par deux mecs avec des caméras et des perches, mais ils nous ont énormément respectés, autant sur le plan professionnel que privé. Ils ne nous ont suivit qu’un mois, donc on n’avait pas vraiment le temps de s’habituer à leur présence qu’ils étaient déjà partis. J’ai passé le plus clair de mon temps à me demander si j’étais assis correctement ou si je ne me curais pas le nez.


Les films ça vous branche de manière générale ?
Ouais, on a tous des goûts assez différents mais c’est notre came. On passe pas mal de temps dans des avions, donc on rattrape nos retards au niveau des blockbusters (on n’a que 5 mois de retard…) J’aime les films assez pourris où je n’ai pas besoin d’utiliser mon cerveau.. ça définit assez bien qui je suis en fait.
 
C’était important pour vous d’avoir une partie de votre vie documentée ?
Dans quelques années, on appréciera sûrement cela. Cette tournée était la dernière pour promouvoir ‘My Love Is Cool’, qui a eu un impact très significatif sur la petite vie de Wolf Alice. Quand tu fais un gros concert avec tous tes amis qui te regardent, c’est un sentiment assez spécial !

Vous avez conçu cet album sur la route, en prenant des notes sur vos téléphones etc… Mais cette frénésie ne se ressent pas sur ‘Visions Of A Life’ – l’album de la maturité ?
On a eu beaucoup d’idées en tournée, mais cet album a été fait à Los Angeles. La notion de maturité joue un grand rôle sur cet album, que ce soit des problèmes qui en découlent, ou des avantages. Notre adolescence se retrouvait sur ‘MLIC’, donc une bande de gamins de 25 ans a d’autres problèmes, illustrés ici. Je trouve que c’est cliché de parler de ‘l’album de la maturité’, comme si les gens cherchaient une validation en tant qu’artiste en utilisant ce terme. Je dirais que ‘Visions Of A Life’ représente une évolution dans le temps et dans nos têtes, autant sur le plan musical qu’humain.


Il y a beaucoup de morceaux calme, où Ellie ne fait que parler. On ne trouve pas ça souvent sur un album indie – c’est pour vous différencier ?
On ne s’est jamais dit ‘Okay, on va faire de ce morceau un truc vraiment différent.’ On écrit de manière très naturelle et on fait de notre mieux pour chaque morceau.


Passer de Londres à L.A, ça a eu une influence sur votre son ?
Pas vraiment, du moins pas de la façon dont les gens le voient. On ne s’est pas mis à faire du surf rock, bien que j’adore les Beach Boys. Cet album est né sur la route, mais on a tellement répété dans notre local londonien qu’une fois arrivés à L.A il n’y avait plus rien à rajouter.


Les européens sont assez fans de ce ‘son anglais’. Tu trouves qu’il y en a effectivement un ?
C’est sûrement plus facile de le voir lorsqu’on est en dehors de l’Angleterre, et je pourrais me moquer de pas mal de groupes stéréotypés. Mais il y a surtout des excellents groupes originaires d’ici qui effacent ces stigmates laissés par ces stéréotypes.


Le morceau ‘Formidable Cool’ est-il un clin d’oeil à ‘My Love Is Cool’ ?
Non (rires) bien que le mot ‘cool’ a joué un grand rôle dans notre vie, ce qui est ironique car on est pas cool du tout (enfin, moi je le suis, mais les autres non).


Cet album est beaucoup plus psyché-rock. Vous venez de découvrir ce genre musical ?
On a toujours été fans de psyché mec ! Mais cette fois, Joff avait assez de pédales pour reconstruire l’Etoile de la Mort, donc on a pu se permettre de descendre dans le terrier du lapin blanc et faire des trucs bizarres. [LN]

www.wolfalice.com

FICHE CD
Nom de l’album : ‘Visions Of A Life’
Label : Universal Music
Note : 3.5/5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.