Après dix ans d’existence et une période de doutes, c’est l’heure pour When Icarus Falls de faire ressortir leurs sonorités blues et jazz avec ‘Resilience’, qui sait nous transporter tout en gardant son côté sombre.

Vous pouvez nous dire quelques mots au sujet de ‘Resilience’ ?
Après la sortie de ‘Circles’ en 2014, une certaine lassitude s’était installée au niveau de la composition. Nous nous posions des questions sur l’orientation à donner au groupe et si nous devions continuer sous cette forme. Avoir eu l’opportunité de jouer en Chine en 2015 nous a mis une véritable claque et à notre retour nous nous sommes remis à composer. ‘Resilience’ est le résultat de ce processus.

Sonorités blues, jazz, electro … d’où vient ce changement ?
When Icarus Falls a toujours été un groupe mélangeant les influences les plus diverses. Notre premier EP ‘Over the Frozen Seas’ était déjà très jazzy. ‘Resilience’ fait la part belle à cette mixité qui fait le sel du groupe.

Vous avez fixé des objectifs avant de vous lancer dans l’écriture ?
Nous ne nous sommes jamais fixés d’objectifs dans la composition de nos albums. Le processus créatif a toujours été très brouillon et organique. On laisse simplement les choses venir et on y met nos tripes. En revanche, nous avions décidé de ne pas nous mettre de barrière quant à la sonorité des instruments.

Jouer des concerts en Suisse, c’est facile pour un groupe suisse ?
Oui et non. Il est difficile pour un groupe romand (tout comme pour un groupe alémanique) de passer la barrière linguistique. C’est pour ça que nous travaillons avec Chris Noth (Hummus Booking) qui se démène comme un beau diable pour nous trouver des dates en Suisse.

whenicarusfalls.com

FICHE CD :
Nom de l’album : ‘Resilience’
Label : Czar Of Crickets

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.