cd_weezer.2.OK(BD)

En deux albums, Weezer est devenu culte. Qu’en reste-t-il dix-huit ans plus tard? Rien ! Critiquée de toutes parts, la bande à Cuomo le binoclard a perdu tout crédit, alors cet album… Il y a peut-être le très ‘Maladroit’ ‘Ain’t got Nobody’ qui tire son épingle du jeu. A la rigueur, Un catchy hook par-ci (‘Eulogy for a Rock Band’) et un gimmick par-là (‘Cleopatra’, ‘I’ve Had it up to Here’), mais c’est tout. ‘Go away’, duo avec Bethany Cosentino, chanteuse de Best Coast, n’est pas la chanson du siècle, mais elle squatte la tête du malheureux auditeur pris insidieusement au piège. Et si vous vous apitoyez sur une ‘Lonely Girl’, elle vous collera aux basques tel le sparadrap du capitaine Haddock. Quant à l’insupportable intro sifflotée de ‘Da Vinci’ qui moque Foster The People, son refrain est jubilatoire. N’en déplaise aux ronchons, Weezer c’est 128% de mélodies imparables, enrobées d’un coulis de guitares saturées. Et comme disait Merlin à un Arthur ulcéré dans Kaamelott, ‘si ça reste, la meilleure chose à faire, c’est d’chanter franchement.’ Et si l’enchanteur est une bille, il est temps de rappeler au monde que Rivers est un weezard.

FICHE CD
‘Everything will be All Right in the End’
Label: Republic Records

www.weezer.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.