Si par le plus grand des hasards vous vous retrouviez dans la magnifique ville de Leipzig lors de votre week-end de Pentecôte, ne soyez pas surpris si vous avez l’impression de vous retrouver dans un monde parallèle. C’est en effet chaque année lors de ce long week-end que plus de 20’000 gothiques et affiliés convergent dans la plus grande ville de Saxe pour le Wave Gotik Treffen, qui n’est rien moins que le plus gros festival du genre au monde ! Un rassemblement du mouvement qui se tient là-bas depuis 1991 fondé par des passionnés que la chute du mur laissait enfin libre d’écouter et de faire partager leur musique et leur passion.

En l’espace de 25 ans, le festival a pris une ampleur incroyable passant d’une salle avec quelques concerts sur deux jours à plus d’une cinquantaine de lieux repartis dans toute la ville. Au traditionnels lives s’ajoutent des performances, des concerts de musique classique, des spectacles, des séances de cinéma, des lectures et même une comédie musicale ! De quoi passer quatre jours de folie ininterrompus (voir même cinq avec les pré-soirées du jeudi). Petit reportage donc, en immersion profonde entre cyber goths déchainés, romantiques chaudement accoutrés et néo-folkeux militairement allumés.

Jeudi 12 mai

Comme je le disais plus haut, même si le festival dure officiellement du vendredi au lundi, quelques lieux sont ouverts le jeudi pour permettre aux premiers arrivants (en fait la majorité du public) de commencer la fête le plus rapidement possible. Pour cette 25ème édition, les orgas ont mis les petits plats dans les grands en programmant leur soirée d’ouverture au Belantis Amusement Park qui, comme son nom l’indique, est un grand parc d’attractions situé à quelques kilomètres au sud de Leipzig. Pour l’occasion, le parc est ouvert uniquement aux festivaliers ce qui marque un contraste considérable entre les goths sur-lookés et les attractions rutilantes. Ce qui n’empêche pas toute cette petite foule de se presser pour profiter des attractions gratuites ! Quatre dancefloor sont également repartis dans le parc qui voit s’afficher les styles principaux du mouvement. Ayant une nette préférence pour l’electro boum-boum, c’est sous la pyramide (une des attractions principales) que nous finirons la soirée avec M. Ronan Harris de VNV Nation aux platines. Ah, j’ai presque failli oublier de mentionner le feu d’artifice d’ouverture sympathique mais anecdotique (surtout pour quelqu’un habitant à Genève).

20160512_203128

Vendredi 13 mai

Après avoir englouti un copieux petit déjeuner, direction l’Agra pour ce premier ‘vrai’ jour du festival. L’Agra qui est en quelque sorte le centre névralgique du WGT ou se situent à la fois la scène principale, le camping, l’immense marché et le village médiéval. Mais le clou du spectacle est sans conteste le défilé du ‘boulevard des goths’ qui transitent de l’arrêt de bus à la salle vêtus de leurs plus beaux (ou pas) atours, posant tels des paons faisant la roue pour les divers photographes venus parfois de loin pour les immortaliser. Petit tour au ‘Torhaus Dolitz’, afin de déguster du bon miam d’antan (cochon rôti, pains artisanaux, légumes et champignons grillés, etc.) le tout arrosé d’une bonne kirschbier. Les concerts de folk et autres joyeusetés médiévales sous forme de démonstrations d’épée, tir à l’arc et artisanat sont également présents et si vous êtes courageux vous pourrez même prendre un bain chaud à la seule condition d’être dans le plus simple appareil. Pudiques s’abstenir !

Si vous êtes fans de vêtements et autres goodies gothiques, le marché du WGT est une étape absolument in-dis-pen-sable. Imaginez une halle de Palexpo remplie de stands vendant tout et plus dans le domaine. Corsets, vestes, pantalons, new rocks, accessoires steampunk et fetish, cds, livres ésotériques, la liste et immense et si vous emmenez votre jeune épouse pour la première fois dans ce lieu de perdition, ne cherchez surtout pas à compter les centaines d’heures passées là-bas en essayages divers et variés.

Mais l’heure des premiers concerts a finalement sonné et nous débutons avec le néo-folk de Dernière Volonté dans le magnifique Volkspalast, une salle circulaire hyper classe qui abritera également la grosse soirée fetish du festival le samedi soir. Dur d’être vraiment convaincu par ce projet hexagonal d’indus-martial aux touches dark-folk connu aussi sous le nom de military pop aux accents minimal wave qui s’approche plus d’Indochine que de Death In June. Le chant en Français n’aide évidemment pas et nous lâchons prise au bout de quelques titres. Direction le Altes Landratsamt situé juste à côté de la gare pour The Ocean et leur excellent post-metal progressif. Malheureusement le son est beaucoup trop fort et aucune protection auditive n’étant disponible, c’est depuis l’extérieur que nous écoutons quelques titres avant de repartir un peu dépités. Heureusement que le légendaire Peter Murphy joue ce soir en tête d’affiche à l’Agra et nous offre un concert exceptionnel. Ce dernier enchaîne titres solos mais surtout hits de Bauhaus qui font bien évidemment danser toute la salle. Une belle manière de terminer cette première journée de festival !

DSCN0389

Samedi 14 mai

Suivant les dates de la Pentecôte (qui on se souvient est calculée d’après Pâques elle-même calculée d’après la dernière pleine lune de mars), la météo est-allemande peut être caniculaire ou au contraire glaciale et pluvieuse. Ce sera malheureusement le cas en ce samedi 14 mai. Rien de très grave en soi la plupart des events se déroulant en salle, mais un petit regret tout de même de ne pas pouvoir profiter du Hollygoth Boulevard qui a meilleur allure sous les feux de Râ. C’est sur Swallow The Sun que commence notre journée dans le Kohlrabizirkus, salle à l’acoustique très moyenne qui voit en général évoluer les groupes plutôt axés metal du fest (genre on s’en fout, de tout façon c’est des gros veaux bourrés qui écoutent du bruit). Une fois de plus le haut plafond se révèle une catastrophe pour le sonorisateur avec une caisse claire qui donne l’impression d’être sous le pont de la Jonction (les Genevois savent de quoi je parle). C’est bien dommage car le goth-doom metal des Finlandais est habituellement magnifique. Crematory s’en sort beaucoup mieux. On peut ne pas aimer ce groupe très cliché goth-metal allemand aux titres de chansons équivoques (‘Misunderstood’, ‘The Fallen’, ‘Tears Of Time’), mais le fait est que le frontman Felix et sa petite troupe foutent sacrement la pêche et nous motivent pour le reste de la soirée. Une suite un peu particulière avec LA grosse soirée fetish du festival ‘Obessesion Bizarr’ qui se déroule au Volkspalast (voir vendredi). Si vous avez vu Eyes Wide Shut vous pouvez vous faire une petite idée de la chose avec spectacles de Shibari (bondage) et autres suspensions en sus. Tenues en latex et en vinyl sont de mise pour une nuit de folie avec plus d’un millier de participants au pifomètre. Un des climax du festival pour qui aime un tant soit-peu sortir des sentiers battus. Fin de soirée aux alentours des 6H du mat à la Villa, petit club sympa genre squat proche de la gare entre amis survivants. Le réveil sera dur…

DSCN0413

Dimanche 15 mai

…en fait moins dur que prévu sauf que nous avons émergés dans la chambre d’un cinq étoiles proche de la gare (qui je le précise n’était pas le nôtre) dans un chantier indescriptible au milieu de bouteilles de rouge semi-vidées et d’une multitude de pommes ( ?) C’est aussi ça la fête ! Bref, après un petit tour à notre hôtel histoire de se refaire une gothé, c’est vers le Völkerschlachtdenkmal que nous nous dirigeons. Cet immense monument au nom imprononçable qui fut construit pour commémorer la bataille des nations est l’équivalent de la Tour Eiffel à Paris ou du jet d’eau à Genève. Plusieurs concerts se déroulent dans la crypte durant le WGT. J’avais eu le plaisir d’y écouter le Requiem de Mozart il y a quelques années mais cette fois ce sera une mise en musique d’une lecture de l’Illiade à laquelle nous assisterons. Sympathique mais la langue de Wagner n’étant pas notre fort nous bougeons assez rapidement pour l’Agra voir Lacrimosa. Si sur album le groupe est plutôt sympathique, les prestations lives sont tout simplement catastrophiques. La faute au maître de cérémonie Tillo au chant faux la plupart du temps et au jeu de scène catastrophique (genre je fais l’hélico avec les bras). Bref rien de finalement très grave, l’heure étant venu pour nous d’aller au dodo histoire de profiter à fond de la dernière journée.

Lundi 16 mai

Pour cette fin de festival nous commençons par une petite visite au Stadtgeschichtl. Museum qui, pour les 25 ans du WGT, nous propose une très sympathique expo en forme de rétrospective des anciennes éditions. Au menu : photos des anciens fests, mannequins arborant les différents styles vestimentaires, flyers, affiches etc. une bonne idée qui s’adresse autant aux goths qu’au non-goths. Après quelques achats de dernière minute au marché du Moritzbastei (un ancien bastion proche du centre qui propose également des concerts le soir) retour à l’Agra pour les derniers lives de cette édition 2016. Après un Neuroticfish dispensable, place à Velvet Acid Christ ! Ce groupe mythique de la scène electro-indus des 90’s se voit malheureusement relégué en début de soirée. Autant dire qu’avec le coucher du soleil qui éclaire la salle, ça le fait vraiment moyen. Avec une mise en son très mauvaise et une chanteuse sortie d’on ne sait où qui remplace Bryan Erickson sur quelques morceaux (sa nouvelle petite amie ?) autant dire que le concert est plutôt loupé. Dommage, car leur show de 2013 au même endroit était juste parfait. Fin de soirée avec Asthetic Perfection et Agonoize, du boum-boum très monotone qui a pourtant l’air de contenter les foules cybergothesques. Chacun son truc après tout. C’est après treize longues heures de route (merci les camions en Allemagne) que nous regagnons enfin nos pénates en nous réjouissant de remettre le couvert l’an prochain. WGT RULES !

www.wave-gotik-treffen.de

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.