Vendredi soir, le Venoge Festival s’est transformé en club géant. Les meilleurs DJs du moment se sont relayés pour faire danser les festivalier.ère.s jusqu’au petit matin.


OVNI de la soirée

C’est avec la jeune Naya que démarre la soirée. Au premier abord, on se demande ce qu’elle faisait au milieu de cette programmation. Mais sa pop fraîche et pleine de rythmes nous fait vite comprendre que, même si elle n’est pas derrière les platines, elle a de quoi faire bouger le public. Toujours très expressive, elle plonge le Venoge dans la vibe parfaite pour la suite.

Un air de Coachella

Sur la Scène de la Licorne, c’est Lost Frequencies qui ouvre le bal. Là encore, on est étonnés de voir le Belge se produire si tôt. On se rend alors compte de la carrure de l’affiche. Les sons émanant de ses platines sont parfaits sous le soleil de fin de journée, laissant planer un air de Coachella sur Penthalaz. Le jeune homme alterne phases dansantes et tubes tels que Giant pour faire chanter la foule. Ça y est, on est lancés !

Lost Frenquencies – Venoge Festival 2019 © Alessia Merulla

Du saxo aux basses

La belle découverte de la soirée, c’est Klingande sur la River Stage. Un DJ se cache au fond de la scène, les sons montent petit à petit et puis un saxophoniste, suivi d’un guitariste, débarquent. Instantanément, la musique prend une autre dimension, elle est puissante. Les deux musiciens descendront même danser avec les festivalier.ère.s, histoire de faire monter l’ambiance d’un cran.

On enchaîne avec The Avener sur la Scène de la Licorne. La place est bondée et il ne faudra pas plus de deux secondes pour que tout le monde se mette à danser. Pour les non-connaisseurs, on se prend une claque en découvrant que l’on connaît la moitié de son set. Tout comme pour Lost Frequencies, on est impressionné du génie musical qui émane de ces jeunes têtes. On se prend des basses dans la gueule, mais après tout, n’est-ce pas ce que l’on recherche ?

Klingande – Venoge Festival 2019 © Alessia Merulla

Tête d’affiche aux milliards de vues

Rapide passage à la River Stage pour voir un instant Broken Back (« mais en quelle langue il chante ? » est la seule réflexion que l’on a pu faire) avant de rejoindre la grande scène. Là nous attend une tête d’affiche de renom. Pour la première fois de la semaine, les premiers rangs n’ont pas bougé depuis le début de la soirée. Alors lorsque Clean Bandit montent sur scène, c’est l’apothéose. Si le nom ne vous disait rien, le premier titre vous resitue de suite. Car Clean Bandit, c’est Solo, Rockabye, Rather Be ou encore Symphony. Des titres entendus et réentendus et qui marchent du tonnerre. Le show est coloré, la scène est remplie par les musicien.ne.s et les chanteuses, les fans sont au taquet : tout est réuni pour un concert exceptionnel. C’est certainement le groupe le plus important que le Venoge a invité, et on n’est pas prêts de l’oublier.

Clean Bandit – Venoge Festival 2019 © Alessia Merulla

Feder, perfection

Il y a quelque chose de spécial dans la musique de Feder. Un je-ne-sais-quoi qui fait que, même si vous êtes à des années lumières du registre électro, ses sons vont vous faire vibrer. C’est rentre-dedans mais mélodique, dansant et énergique. La tente de la River Stage semble trop petite mais tant pis, l’ambiance n’y sera que meilleure. Si tout le Canton n’a pas tremblé avec ça, il ne tremblera jamais !