Avec ‘Devil Dance’, le groupe zurichois troque ses pads pour un vrai batteur et s’enfonce dans le derrière du lapin blanc à la recherche de la lumière.

Vous avez fait recours à WeMakeIt pour faire naître votre nouvel album. Pourquoi avez-vous choisi une collecte de fonds ?
On a toujours travaillé avec des labels indépendants et ceux-ci ne roulent pas sur l’or, donc on ne voulait pas leur demander de l’argent. De plus, nous souhaitions sortir cet album de manière complètement autonome et on a beaucoup appris sur les mille et une manières de sortir un disque ! C’était une expérience vraiment utile et on a réalisé que plus tu fais de choses par toi-même, plus tu as le contrôle sur celles-ci.

Vous avez troqué votre drum machine pour un batteur en chair et en os ! Pourquoi avez-vous sauté le pas ?
On souhaitait être plus libres sur scène, ce qui n’est pas forcément le cas quand tu as un set pré-enregistré. Il y a donc plus de dynamique, plus de spontanéités et du coup on est beaucoup plus en confiance et on s’éclate encore plus. Mais nous composons toujours à trois. C’est un challenge en soi, car tu dois imaginer les rythmes dans ta tête et créer des morceaux sans beats ! La batterie n’est apparue qu’en studio. Les morceaux sont donc complètement différents de ceux qui ont fait notre base de travail, mais nous avons toujours eu la chance de travailler avec des batteurs qui comprenaient notre manière de travailler et notre son en général.

Vous avez trouvé un parfait équilibre sur ‘Devil Dance’ – qu’est-ce qui a changé depuis la sortie de votre EP ‘Got Me Good’ ?
Après la sortie de ‘Got Me Good’, on a décidé de passer au niveau supérieur. Pas seulement au sens musical : on est vraiment en confiance et cette confiance fait que l’on s’améliore de jour en jour. ‘Got Me Good’, c’était nous qui faisions de la musique en tant que hobby, tandis que ‘Devil Dance’ est notre âme et notre profession désormais.

C’est également un album très sombre, qui semble chercher une sortie de secours.
Tu as raison, nous créons notre musique ainsi. On essaie toujours d’aller vers la lumière, sinon on finirait par s’ennuyer. Je vais sembler vieux jeu, mais je dirais qu’il faut rester authentique, travailler dur et ne pas hésiter à ‘danser avec le Diable’ de temps en temps.

Vous semblez être amatrice de whisky, à quand un whisky ‘Velvet Two Stripes’ ?
C’est une super idée, on n’y a jamais pensé ! On a des vestes en cuir qui vont arriver, mais je vais m’atteler à la recherche d’un bon whisky boisé là ! [LN]

velvettwostripes.com

FICHE CD
Nom de l’album : ‘Devil Dance’
Label : Snowhite
Note 3/5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.