Coincé entre le vacarme autoroutier et les cheminées industrielles, le Up In Smoke n’aurait pu choisir lieu de villégiature moins « brumeux ». La Z7 Konzertfabrik à Pratteln, phare musical suisse qui de par sa proximité avec les frontières européennes ratisse son public loin à la ronde à la manière d’une lampe halogène au milieu des marais un soir d’été. Si l’édition précédente s’était accordée le luxe d’un début d’automne extrêmement doux, cette année, l’accueil est plutôt humide. Le public n’en est que plus nombreux devant la scène extérieure, abritée sous une grande tente.  Il est 17h30 et bien qu’il soit tôt, les spectateurs sont prêts. Jack Slamer sert un stoner bien rock’n’roll qui amène son premier flot de fumée. Une voix blues claires et enjouée, des dreads qui pendouillent en rythme, un cocktail dansant et énergique qui lance parfaitement cette édition 2017.

Usnea

L’univers stoner est un monde merveilleusement bien tripé qui propose tout un panel de couleurs et de saveurs. Usnea balance une atmosphère toute autre que ces prédécesseurs et pose ainsi une facette doom, une liturgie lente et prenante, une nuée plus épaisse et plus sombre, une savoureuse purée de poids.

On ressort et bim changement de rythme avec Kaleidobolt. Une voix à forte révère, et une danse endiablée qui chauffe les nuques. Beaucoup de changements de rythme, qui ont tendance à se répéter, mais une belle démo technique décidément bien rock’n’roll.

Viennent ensuite Troubled Horse, qu’on a en revanche plus de peine à suivre, une voix criarde qui étouffe les instruments, une distance physique entre le frontman et ses musiciens qui peinent à laisser le spectateur entrer dans le jeu, et ce malgré une présence scénique maîtrisée.

 

radio moscov

Les très attendus Radio Moscov chassent les nuées d’orage au dehors et nous crache leur meilleur cru ! On savoure un stoner rock de qualité, qui nous rappelle une autre époque à nous en arracher des larmes de plaisir.

Le temps de faire le plein (la fumée ne nourrit et n’hydrate pas, aux dernières nouvelles) et c’est parti pour le légendaire Brant Bjork, qui marque son second passage au Up In Smoke, et finit de satisfaire un public décidément très posé. Sous le bandana usé, une voix d’or à en lâcher son spliff. Brant Bjork partage la scène avec Sean Wheeler, au déhanché expérimenté qui fait son cirque sur plusieurs morceaux, amenant un contraste plutôt saisissant avec les braves gaillards qui l’entoure, leurs deux voix s’allient d’ailleurs plutôt bien.

Brant Bjork

 

Ufomammut réveille les masses et participer à la création d’arthrose future de certains headbangers chevronnés. Coup de cœur de la soirée, les trois musiciens décarcassent du monstre avec une puissance et un rythme parfait, la voix d’Urlo-Aux-Yeux-Fous se pose sur les passages plus calmes avec brio pour laisser une place de choix à la violence et aux 666 démons de l’enfer sur les passages plus durs.

 

ufomammut

ufomammut

ufomammut

La soirée se termine avec Graveyard qui propose un stoner quelque peu plus blues. Il est toujours agréable de profiter d’un son de légende en fin de soirée, mais l’ambiance retombe assez vite avec un public passablement hors-circuit, ou complètement dans le jus, suivant les interprétations.

graveyard

 

z7 ambiance

Page officielle de l’événement

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.