toto-xiv-cover


Neuf ans après ‘Falling In Between’, ToTo marque sa reformation avec un quatorzième album studio. ‘XIV’ sort dans le deuil de Mike Porcaro, bassiste d’origine atteint de la maladie de Charcot, décédé cinq jours plus tôt.


Cela fait maintenant cinq ans que le groupe légendaire s’est reformé après sa brève dissolution en 2008, enchainant depuis plusieurs tournées par an. Mais rien de neuf à se mettre sous la dent pour les fans puisque Toto y jouait ses titres phares, une sorte de revival en hommage à leur bassiste d’origine, Mike Porcaro, atteint de la maladie de Charcot. Ce dernier est décédé le 15 mars 2015 dans son sommeil, à l’âge de 59 ans. Aujourd’hui, le groupe peut encore compter sur Steve Lukather (guitare), David Paich et Steve Porcaro (piano), et Joseph Williams qui remplace pour la deuxième fois Bobby Kimball, chanteur d’origine. À noter que Simon Phillips, batteur iconique depuis 1995, a posé les baguettes l’an dernier avant l’enregistrement de l’album.

C’est donc après plusieurs changements et cinq années de tournées, que Toto, solidement reformé, décide de combler ses fans en leur livrant ‘XIV’, premier album studio depuis ‘Falling In Between’ en 2006. Il ne faut pas s’attendre à un nouveau virage artistique ni à un album révolutionnaire, puisque les américains l’ont clairement annoncé sur les réseaux sociaux : ‘Ce disque sera du pur Toto concocté spécialement pour les fans.’ Dans la lignée pop de ‘Fahrenheit’ et ‘The Seventh One’ – qui sont d’ailleurs les deux albums enregistrés avec Joseph Williams – ‘XIV’ rappelle le son de la fin des 80’s avec une efficacité redoutable.

Moins rock et progressif que les derniers opus, ce nouvel effort sent globalement le réchauffé et le démodé (‘Burn’, ‘All the Tears’) mais nous rappelle les heures de gloire du groupe et son identité si forte à l’origine des tubes planétaires aux multiples Grammy’s. Passé la frontière temporelle, impossible de résister aux riffs endiablés de Lukather (‘Running out of Time’, ‘Great Expectations’) et à la voix percutante et conservée de Williams (‘Orphan’). Toto est encore capable de composer de belles mélodies aux accords teintés de jazz. Pas inoubliable, ‘XIV’ saura toutefois agrémenter la tournée prochaine de nouveaux titres.

FICHE CD :
XIV
Frontiers Records
20 Mars 2015
totoofficial

Interview de Steve Lukather

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.