zic_the.do.OK(BD)

Carton plein encore une fois pour le duo franco-finlandais. Dan et Olivia ont tracé une nouvelle route sur leur carte musicale. ‘Shake, Shook, Shaken’, au parfum plus electro charme par ses arrangements et sa créativité.

Encore une fois, c’est un album plein de surprises, qu’aviez-vous en tête comme approche pour cet album ?

Dan : En fait, ça ne se passe pas vraiment comme ça. On fait tout le temps de la musique. Lorsqu’on n’est pas en tournée, on est en studio. On avait juste envie d’enregistrer un album ailleurs que l’endroit où on avait déjà enregistré. Je voulais partir vivre à la campagne. Ça a été le déclencheur pour construire un nouveau studio. Ça a été la première étape.

Vous vous isolez passablement pour le studio, non ? Vous avez besoin d’être seuls pour être créatifs ?

En fait, on s’était isolés au début de l’enregistrement du deuxième album après la tournée. On avait loué une grande maison au sud de la France. Par contre, on n’est pas resté un an et demi dans cette maison. J’ai plus besoin de m’isoler qu’Olivia c’est vrai. J’ai envie de me lever pour la musique, de manger pour la musique et de me coucher pour la musique donc c’est vrai que le fait de m’isoler me permet de me concentrer que sur ça.

Encore une fois la presse vous encense de partout on vous voit même dans Voici, mais vous arrivez à ne pas devenir le groupe à la mode repris par la masse, vous gardez votre côté inaccessible et mystérieux, quel est votre secret ?

Je ne sais pas quoi répondre. On n’est pas très mystérieux, on répond même à Voici. Le mystère, c’est qu’on est des gens normaux et nous vivons pour ce qu’on fait. On ne sort pas, on ne se montrer pas à droite et à gauche. Je ne sais pas trop…

Je pense à Lana Del Rey qui est devenue un phénomène alors qu’à mon sens, sa musique aurait dû rester confidentielle. Vous vous arrivez à rester en marge de la masse malgré un succès critique.

Je pense que Lana Del Rey aime jouer avec ça. C’est devenu une icône je ne sais pas pourquoi. Ce sont les mystères du showbiz. Rien n’est planifié, on le fait, c’est tout.

Cet album est très vintage 80’s, avec plein de synthé, c’est quoi qui vous attire dans cette décennie ? Les groupes qui vous ont marqué ?

Pour moi, c’est pas vraiment les 80’s. C’est un mouvement musical qui est revenu. Ce sont des jeunes qui sont nés avec Nirvana. Ma génération a écouté plutôt les 70’s avec les Who, Franck Zappa. C’est assez logique finalement, de toujours vouloir aller voir ce qui se passe dans la décennie avant nous. Je pense que les choses sont connotées 80’s, mais je ne pense pas que ce soit un album des 80’s.

Il en a une teinte toutefois en restant moderne.

La teinte est dans l’air, dans les sonorités. Certains font vite l’amalgame entre l’utilisation de l’électronique, des boîtes à rythmes ou certaines réverb’ qui vont nous rappeler certains tubes des 80’s. J’aime beaucoup la musique de cette décennie, Olivia aussi, mais je ne pense pas que… On a beaucoup écouté les Sparks pendant l’enregistrement, alors peut-être que ça nous a porté.

Peut-être à cause des synthés, j’ai trouvé que les morceaux étaient plus denses qu’habituellement.

Quand on enregistre en acoustique entre l’instrument et le micro, il y a de l’air et finalement, on entend l’acoustique de la salle. Quand on utilise des sons synthétiques, il n’y a pas de micro, la source sonore est enregistrée en direct, c’est peut-être ça la différence. Ici, le seul moment où il y a de l’air ce sont sur les voix d’Olivia. On avait aussi envie d’un tapis sonore plus moelleux qu’avant, un truc sur lequel se poser comme un tapis volant.

Avant, les percus occupaient une place de choix sur scène, qu’est-ce qui nous attend pour cette tournée ?

Ça va être complètement différent sur scène et j’en suis ravi parce que je joue de la batterie sur cette tournée. Pratiquement tout est électronique sur scène, même la batterie. Il n’y aura plus de casseroles, de percu, de saxe.

Avec un titre comme ‘Shake Shook Shaken’, on pourrait penser que cet album va faire danser, mais finalement pas spécialement ? Pourquoi un tel titre ?

Parce que pour les francophones, ‘Shake’ ça veut pas que dire ‘shake your booty’, c’est aussi ‘être secoué’. On voulait jouer entre le côté ‘bouger’ et ‘secoué émotionnellement’. Ça peut être traduit de manière différente.

Votre force c’est d’arriver à surprendre tout en gardant une certaine identité.

On veut éviter les habitudes artistiques jusqu’à ce que les gens en aient marre. On ne fait pas de séries à la Andy Warhol. On essaie des trucs, il faut que ça nous amuse, on veut voyager, aller dans des endroits que l’on ne connait pas. On explore finalement, mais sans vouloir à tout prix faire un truc nouveau dans l’histoire de la musique, juste nouveau pour nous.

Cliquez ici pour participer au concours !

Cliquez ici pour participer au concours !

FICHE CD
‘Shake, Shook, Shaken’
Disques Office

thedomusic.com

Crédit photo : Alice Moitié

cd_the.do.OK(BD)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.