Après une longue pause de plus de six ans, les doomeux de The Blood Choir sont de retour avec un nouvel album tout aussi bon que le premier. Il faut dire qu’entre le Royaume-Uni et le Danemark, cela ne doit pas être facile d’organiser les répètes. Mais, peut-être merci à Easyjet, c’est comme s’ils n’étaient jamais partis du paysage. Le duo nous livre un post-rock sombre et torturé, ne posant aucune limite à leur créativité. L’ensemble de l’album est simplement un plaisir pour les oreilles. La voix nous emporte avec douceur et émotion, les titres variant les sonorités en exploitant toutes les influences de ce style fourre-tout si riche en contenu. La mélancolie nous emporte, pareille à celle du dimanche après-midi quand on se rend compte que le weekend est déjà fini et que lundi ne nous apportera rien de nouveau. Les dix titres ressemblent à une journée pluvieuse, où le soleil arrive tout de même à percer à plusieurs reprises. Un titre à conseiller fortement, principalement pour sa structure très particulière, est ‘Outward Travel Must Not Be In The Past’ qui balance entre tristesse et espoir avec une finesse qui vous serre le cœur.

www.facebook.com/thebloodchoir

Note : 4.5/5

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.