Summer Breakdown - Genève

La troisième édition de cet événement genevois dédié au metal orienté core et à ses multiples déclinaisons prendra place samedi prochain à l’Usine de Genève. Agendée pile poil le jour où les caravanes techno brandées traverseront la rade pour y déverser leurs décibels devant des hordes d’agités, de photoreporters de journaux gratuits et de badauds de tous poils, ce festival, qui se déroule durant les grandes vacances, est l’événement qui verra les aficionados de moshpit converger à l’U. Il faut dire que l’annulation énigmatique de l’édition deux-mille-quatorze du Biubstock ne sera qu’une motivation de plus pour se rendre à cette fiesta organisée par Kalvingrad et Heimathome (qui nous ont déjà bien fait plaisir en organisant la venue du fameux Black Dahlia Murder à Meyrin il y a quelques semaines).
Proposant neuf formations au menu (pour un prix carrément très raisonnable), le festival ouvrira ses portes à l’heure du goûter et proposera donc aux festivaliers de la bouffe sur place car avec des passages d’une trentaine de minutes (voire quarante pour les têtes d’affiche de la soirée), ce serait con de déserter les lieux pour bouffer sous peine de rater un show entier.

Les hostilités débuteront presque à l’heure de l’apéro. Elles verront défiler à un rythme effréné dans l’ordre : les jeunes helvètes de Last Breath For An Addict qui ne sont pas vraiment des inconnus au rayon deathcore local, puis nos voisins de Your Pride avec leur metal hardcore super bien senti qui fera un malheur dans le pit, ensuite c’est leurs compatriotes de It Came From Beneath qui rallumeront la flamme du deathcore avec un talent certain pour faire bouger les membres violemment. On se tapera ensuite un retour en terres suisses avec d’abord Make Me A Donut que nous aurons bientôt vus sur tous les fest metal de la région et pour la suite, attention les yeux, ce sera Conjonctive avec leur deathblackcore à vocalises mixtes. Les derniers représentants de la francophonie seront français de Novelists avec leur metal progressif hypnotique empreint de beatdowns qui sera la première des trois formations à bénéficier d’un temps d’expression artistique plus long. Ils laisseront la place à la formation que nous attendons le plus : Texas In July. Ces étasuniens chrétiens déploient un metal hardcore de toute beauté et d’une rare efficacité. Ce sera un énorme déferlement d’énergie positive dans l’Usine qui va vibrer au son d’un metal hardcore dans la droite ligne du diable qui s’habille en marque de luxe. Nous demeurerons en terres US avec Iwrestledabearonce – qui ont trouvé un nom bien chiant pour tous le rédacteurs de la terre – et leur deathcore presque gentillet lorsque leur vocaliste féminine cesse d’éructer dans son micro pour chanter. En final nous retrouverons naturellement des Allemands : Vitja. Leur hardcore germanique fermera le rideau de cette édition dans un style hyper carré peu avant une plombe du mat et comme c’est la petite finale du truc qui se passe au Brésil : ils n’y aura pas d’Allemands à la télé.

C’est donc au terme d’un pilonnage en règle de nos cages à miel de près de huit heures que nous quitterons le Temple de la culture alternative pour respirer un poil avec à n’en pas douter un sourire béat aux lèvres (et un stock de courbatures qui auront un dimanche entier pour passer). Car, croyez-moi les enfants, ça va poutrer sévère samedi et il faudrait être carrément fou pour ne pas pointer son postérieur afin de participer à ce sabbat à la gloire du metal rapide et syncopé !

 

Summer Breakdown

Usine / Genève

12 juillet 2014