Perdu à Ségny en France voisine samedi soir, je me suis retrouvé dans la salle de l’association et école de musique « Groove Guitare Rock The School ». C’est dans une ambiance tamisée et entouré de guitares que j’ai pu profiter des notes et de la bière.

Le premier groupe de la soirée, Stoneforge, inaugure la danse avec un desert-stoner tout droit sorti des entrailles désertiques de l’Amérique profonde. Des compositions bien ficelées, une attitude tout ce qu’il y a de plus rock and roll et une énergie dans les riffs qui flatte l’oreille de ceux qui savent entendre. Mêlant des influences venant de Wo Fat, The Clutch ou encore Samsara Blues Experiment, le trio genevois décape sur scène.

On regrette cependant que la tension redescende quelques fois au gré des chansons. Les sonorités sont parfois des redites, du déjà-entendu dans l’univers stoner. Cependant, on peut espérer, avec le temps, que le groupe saura trouver ses marques, trouver son style. Mais ce ne sont là que de menus détails, car les instants tranquilles de blues ambiant nous ramènent droit à l’envolée psychique qu’on attend d’un tel concert. La suite promet de belles choses : la rumeur d’un EP commencerait à se répandre. Les trois compères y travaillent, selon les dires. Affaire à suivre… espérons-en un peu de renouveau sur la scène et dans la production helvétique de stoner.

La deuxième partie de la soirée est assurée par les jeunes romands de DAWN.w (Dinner And Whiskey Next week pour les intimes). Le panel de variations que j’ai pu entendre dans leurs compositions fait plaisir à écouter, on passe de moments psychédéliques planant à des parties metal bourrin comme on les aime. On aurait même cru à des instants percevoir un petit air doomesque dans leurs sonorités (saupoudrés de temps à autres d’incursions dans l’univers rock pur et dur). La voix de Giulio, elle, fait penser à Muse et les envolées lyriques de son chanteur Matthew Bellamy.

Mariant des signatures rythmiques dont la complexité en ferait blêmir plus d’un avec une richesse harmonique dans les phrasés, le quatuor envole son auditeur et son public, tout en variant les plaisirs. Bien que cherchant encore un peu leur son, DAWN.w est en passe de se cristalliser et d’acquérir une patte propre. Ils ont d’ailleurs sorti récemment un single, ‘The Mule’, qui résume assez bien le style hétéroclite du groupe et que vous pourrez découvrir ci-dessous.

En concert je ne peux que recommander tous ces musiciens : en quelques mots, ça chie et c’est de chez nous.

[Pierre Guanzini]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.