Cinq ans après l’album-concept ‘The House Of Gold And Bones’, Stone Sour va droit au but avec ‘Hydrograd’, nouvelle galette enregistrée dans des conditions live.

Cela faisait un moment que l’on n’avait plus entendu de nouvelles chansons de Stone Sour. Est-ce toujours compliqué de trouver le temps pour écrire un nouvel album?
C’est un véritable challenge étant donné que chacun a ses propres occupations. Mais Stone Sour est toujours une priorité pour nous. C’est vrai que ça fait cinq ans depuis le dernier album… Mais la patience est une vertu. Je pense qu’on a composé le meilleur disque de notre carrière.

Entre temps, vous avez tout de même sorti deux EP de reprises des grands classiques du hard-rock.
Ces deux EP ont fortement contribué à la naissance de ‘Hydrograd’, notamment dans notre son qui se voulait très proche des chansons originales de l’époque. Je ne voulais pas utiliser des effets modernes sur ma guitare, ça aurait sonné bizarre sur une reprise des Rolling Stones (rires). En tout cas, ce procédé nous a vraiment ouvert l’esprit sur la façon dont créer nos morceaux.

Est-ce pour cela que vous avez choisi d’enregistrer ‘Hydrograd’ dans des conditions live?
Nous voulions nous fixer un nouveau défi. Capturer une énergie que les gens pourraient ressentir en écoutant l’album, comme s’ils étaient avec nous dans une pièce pendant que l’on joue. Et on a la chance d’avoir l’un des meilleurs batteurs du monde. Roy est phénoménal, il n’a pas besoin de métronome! Enregistrer en conditions live nous a permis de prendre encore plus confiance en nous et de resserrer les liens qui nous unissent. Et puis, un bon groupe est censé savoir jouer parfaitement en live! C’est d’ailleurs comme ça que les meilleurs albums ont été enregistrés. Pas besoin de technologie pour produire un bon disque de rock. Les imperfections rendent la musique plus naturelle, plus belle.

Votre dernier disque, ‘House Of Gold And Bones’ était un album concept en deux parties. De quelle manière avez-vous abordé ‘Hydrograd’?
Je pense que c’est simplement une collection des meilleurs morceaux que l’on pouvait composer. Etant donné que l’on avait déjà fait un album concept, on a jugé inutile de le faire une deuxième fois. Lorsqu’on crée un tel projet, il faut suivre à la lettre un certain fil rouge. Avec ‘Hydrograd’, on a voulu se sentir libre de composer ce que l’on ressentait sans se forcer. On revient à un rock plus épuré, on va droit au but.

C’est le premier album depuis le départ de Jim Root. Cela a-t-il changé votre manière d’écrire?
Honnêtement, avec tout le respect que je lui dois, nous n’avons rien changé à notre façon de composer. Je pense même que ce nouvel album est plus que jamais le fruit d’un travail de groupe. Christian (Matrucci, le nouveau guitariste, ndlr) s’est très bien intégré à Stone Sour. Notamment grâce à l’enregistrement live. Il amène beaucoup de bonne humeur, il nous a fait rire tous les jours.

www.stonesour.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.