Le rock progressif se traîne depuis maintenant quelques temps une réputation de genre prétentieux et replié sur lui-même. Si le côté technique et démonstratif se retrouve dans cette généralisation, le motif progressif devient parfois le moyen, et plus la fin ; en témoigne le dernier album de Steven Wilson (le cerveau derrière Porcupine Tree), ‘To The Bone’, un bijou de pop intelligente et surtout émotionnellement percutante. L’anecdote phare présente dans l’intégralité des articles à son sujet est celle de son enfance éclectique, que je laisserais de côté par prétention journalistique si elle n’était pas si intégrale à l’essence de sa musique : élevé à la fois à la pop (Abba, Donna Summer) du côté de sa mère et au rock progressif du côté de son père, Wilson a su dès le début de sa carrière tirer le meilleur des deux mondes. ‘To The Bone’ allie ici l’accessibilité et l’immédiateté de la pop et utilise le format prog comme autant d’opportunités d’ajouter des textures et du poids à ses morceaux, en faisant de véritables petites bombes émotionnelles. A ne pas rater, donc, d’autant plus que Zurich est la seule étape Suisse de sa tournée (couvrant les cinq premiers mois de 2018) !

www.halle622.ch

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.