cd_sons.of.death.valley

Sur le papier, tout était réuni pour passer un agréable moment : un nom de groupe qui claque, une belle pochette rappelant les belles heures du stoner rock et un concept album relatant les nombreux actes de bravoure de Joaquin Murietta, dangereux hors la loi pour certains et patriote mexicain pour d’autres, qui luttait contre la domination économique et culturelle des anglo-américains en Californie. Lourd et remuant, propulsé par des guitares riches en calories, la musique que nous propose ces danois est empreinte de sonorités stoner et c’est à une véritable leçon à laquelle ces musiciens nous convient. D’un point de vue purement musical, c’est presque un sans faute. En ce qui concerne le reste… c’est la douche froide ! Le chant hardcore et déchiré de Dan, orné de longs cris n’est pas toujours bien maitrisé et possède à la longue un côté irritant qui vient te gratter l’oreille jusqu’au sang. Un détail qui ne colle pas et qui empêche une adhésion totale à leur musique. Vraiment dommage car avec un hurleur correct, ils avaient tout pour plaire. A se demander ce qui a pu lui arriver durant son enfance pour gémir de cette façon. Une première copie à revoir illico sous peine de passer inaperçu et un changement de line-up à l’avenir qui pourrait leur être salvateur. Ceci est un avis personnel mais je doute fort qu’ils aient du succès en dehors de leur pays natal et je les invite à nous rendre visite un peu plus tard. Ceci dit, on est pas pressés non plus. [AJ]

Prime Collective

www.sonsofdeathvalley.com