Quand Slutface réalise qu’il sera difficile de passer sur les ondes avec un nom pareil, il se tourne vers les failles du langage pour changer son nom en ‘Sløtface’. Avec ‘Try Not To Freak Out’, on s’approche d’une ère post-Paramore, dans la veine de Wolf Alice. Problèmes d’adulescents, teintés de Riot Grrl et de conflits politiques, il y a de tout dans cet album. On regrettera ce penchant à trop vouloir sonner comme les deux groupes susmentionnés. En résulte un premier album fun, mais timide.
Note : 2.5/5
www.slotface.no

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.