preview_savages.OK(DV)

Le quatuor fait désormais office de figure de proue d’un renouveau dans le rock britannique. Souvent comparé à Joy Division ou Siouxie and the Banshees, leur nouvel album ‘Adore Life’ est à venir fin janvier et promet d’être un pavé dans une mare rock’n’roll.


Quelle démarche avez-vous adopté pour ce deuxième album?
Fay (batterie) : On ne s’est pas mis de pression, en fait on a tourné un set de chansons pendant tellement de temps qu’on se réjouissait de composer de nouvelles choses, nous étions impatientes et prêtes à composer. Je pense que cette attente nous a incitées à écrire des choses plus extrêmes.

Vous êtes dans une position complètement différente qu’à la sortie de votre premier album, vous savez donc ce qui marche ou ce que vous aimez. Qu’avez-vous retiré de cet opus?
Je pense plutôt qu’on a appris au fil des tournées. Cela fait trois ans qu’on est sur la route, on sait comment fonctionne notre groupe, et l’on fait également des projets parallèles, notamment avec Bo Ningen, qui sont plus improvisés et plus fous que ce que nous faisions auparavant. Nous avons donc toujours des idées de ce qu’il y a à inventer, expérimenter.

Et au niveau de la composition?
Nous avons une mécanique qui marche assez bien, c’est d’écrire les parties instrumentales et ensuite de voir quelles paroles pourraient coller. Pour cet album néanmoins, c’était plus un mélange des deux. Nous avons enregistré à Londres au RAK Studio avec Johnny Hostile, nous n’avions pas beaucoup de temps à disposition. J’adorerais m’enfermer dans un studio pendant six mois, mais ce n’est pas vraiment possible. (rires) On connaît Johnny depuis un moment, et du coup tout marche très bien. Il nous a beaucoup encouragées sur beaucoup de points, il reçoit l’art de manière très subtile.

Votre premier album était très brut, très live. Est-ce important pour vous de faire ressortir cela sur vos titres?
Oui absolument. Pour cet album, on ne voulait pas faire une tournée de préparation, donc on a fait une résidence à New-York et joué neuf concerts pour que les chansons soient solides et s’empreignent de l’énergie du live. On peut bosser autant qu’on veut un morceau, il faut toujours qu’il garde ce côté live. 95% de ce que nous faisons, c’est des tournées, donc ça fait sens.

Vous êtes reconnues pour être très spontanées sur scène, mais la musique reste très compacte et vous ne faites jamais de fausses notes. Quel est votre secret?
Je les trouve assez bordéliques! Notre public est super, c’est ça qui rend le tout magique. Aussi, on se met une idée en tête avant de faire un concert, et on se laisse transporter par ces énergies. On entame une grosse tournée en 2016 pour promouvoir ‘Adore Life’, et on travaille sur comment pousser notre show encore plus loin. Plus gros, meilleur! Mais parfois je vois des groupes qui jouent avec genre deux lumières et c’est tout. Je ne pense pas qu’on finira avec des feux d’artifices et des murs de projections, pas de guest-star ou autres, on est tout ce dont on a besoin!

Vous êtes tout à fait conscientes de votre image.
Tout à fait. Notre musique est néanmoins ce qui importe le plus, l’aspect visuel est très superficiel en fin de compte. On veut des choses simples, expérimenter notre musique pour ce qu’elle est. A l’époque, on avait mis un panneau pour demander aux gens de ne pas sortir leurs téléphones portables pour nous filmer et apprécier le concert plutôt que de l’enregistrer. Ça a marché car plus personne ne le fait maintenant! Depuis la scène, tu peux voir tout le monde, même si les gens croient le contraire (rires), et notre but c’est de se connecter à chacun d’entre eux. On veut que les gens dansent, pogotent, c’est ça qui importe. [Rhys Buchanan]

www.savagesband.com

‘Adore Life’ : sortie le 22 janvier 2015
En concert le 15 mars 2016 au Dynamo de Zurich

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.