Aujourd’hui, nous avons vu le soleil laisser la place au brouillard danois. La température a bien diminué, mais les 20 degrés restent largement corrects. L’occasion de faire la visite des lieux et d’en apprendre un peu plus sur ce festival.


Hier, je disais que c’était the place to be pour la jeunesse danoise. Il faut savoir qu’il y a deux temps forts pour les festivaliers et le premier à lieu lors de l’ouverture … du camping ! On m’a confié que la foule escaladait les barrières de sécurité pour pouvoir atteindre en premier l’emplacement rêvé pour planter sa tente. Car ici, le camping, c’est quelque chose ! L’ouverture a lieu le dimanche précédent le festival, et jusqu’au mercredi se tiennent les ‘warm up days’, l’échauffement, en quelques sortes. Deux scènes accueillent les artistes pendant ce laps de temps, et l’une d’entre elles se transformera en porte d’entrée lors du second temps fort : l’ouverture du festival au public. Et là, mieux vaut ne pas se trouver sur le passage des festivaliers, car c’est une vraie émeute, à l’image du premier jour des soldes !

La visite nous amène ensuite dans la zone artistique du festival. L’idée est non pas de présenter des œuvres comme dans un musée, mais de créer un chemin parmi les différentes structures élaborées par des artistes pour l’occasion. C’est l’occasion également de parcourir le mur de graffiti, décoré par des virtuoses de la bombe, des graffeurs venus du monde entiers. Ces murs de contreplaqué seront transformés en meuble après le festival, selon la volonté de développement durable de l’organisation.

Chelsea Wolfe

Après ces nombreuses découvertes, arrive l’heure de la sublime Chelsea Wolfe. L’horaire ne joue pas totalement en sa faveur, avec un début de concert à 18h (il faut savoir qu’ici, le soleil ne se couche pas avant 22h) pour la jeune femme à la musique très sombre. Mais qu’à cela ne tienne, Chelsea a su nous transporter dans son monde, à travers une musique envoûtante et un univers très planant. Le contraste avec le soleil entourant cette scène du Pavillon est frappant et ajoute presque quelque chose de mystique dans la première prestation de sa tournée. Même lorsqu’elle recommence un titre, n’étant pas satisfaite de son intro, sa prestance sur scène ne la quitte pas et redonne même un côté humain à cette grande artiste. Tout est parfait, à l’exception des faux cheveux sur son pied de micro, et ce spectacle passe en un clin d’œil.

Photo ©Pauline Elmer

Bruno Mars

Dans un premier temps, je ne suis pas vraiment du genre à me réjouir d’aller voir un des leaders de la pop US. Mais étant déjà là, pourquoi pas y jeter une oreille, juste pour voir ? Et quelle ne fut pas ma surprise lors de l’arrivée de Bruno Mars sur scène ! Le jeune homme nous a fourni un show digne des plus grands, on pourrait presque le qualifier de ‘nouveau Michael Jackson’. Énergie, groupe au top, jeux de lumière, danse et feux d’artifice, tout était réuni pour nous en mettre plein la vue et nous faire passer un moment du tonnerre ! Ses titres ultra connus passent dans toutes les radios, mais Bruno a su les interpréter sur scène d’une manière hyper agréable, sans nous donner la moindre impression de déjà vu. De quoi repartir de son concert d’une bonne heure et demie avec un sourire grand jusqu’aux oreilles et la ferme intention de danser jusqu’au bout de la nuit.

Boris & Merzbow

Les festivals de cette envergure sont aussi l’occasion de faire de sacrées découvertes. Boris & Merzbow en font partie. Tout droit venus du Japon, ils offrent un concert d’une intensité exemplaire. Oscillant entre le drone et le noise, cette musique s’adresse à un public averti. Les basses sont renversantes, les guitares saturées et les notes sont rares. On se laisse porter par ce son que l’on écoute moins avec ses oreilles qu’avec ses entrailles intensifiée par un nuage de fumée venu de la scène. Quand les lumières se rallument, il est difficile de décrire ce qu’il vient de se passer. Allez les voir en live à l’occasion, car je doute que la version studio soit une meilleure expérience.

Photo ©Pauline Elmer

Conclusion

Après vingt kilomètres de parcouru dans la journée, il est temps d’aller se coucher pour reprendre des forces pour le lendemain. Cette journée sous le signe de l’éclectisme et de la poussière (beaucoup de poussière, énormément de poussière) touche a son terme avec la prestation unique de Boris et Merzbow et le lendemain s’annonce plus rock que les jours précédents.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.