Pour cette nouvelle édition le petit festoche sans prétention accorde décidément un soin particulier à sa programmation. On en aura vu de toutes les couleurs avec ce festival atypique aux airs métalliques, et chaque année c’est avec enthousiasme que l’on attend la programmation toujours surprenante.

Après avoir eu le génie d’inviter Behemoth, Entombed ou encore Steve’n’Seagulls l’année dernière, il tente le légendaire Nostromo, reformé depuis peu, Walls Of Jericho, Children Of Bodom et les vieux mais non moins excellents Young Gods. Dans une ambiance festive et bon enfant, le Rock Altitude prend effectivement son envol pour atteindre des sphères de qualité musicale de plus en plus élevées. Bien d’autres festivals plus anciens, avec les même les genres musicaux à leur actif devraient en prendre de la graine ! S’étendant sur quatre jours depuis 2015, ce rendez-vous neuchâtelois continue de mener sa barque en proposant les aventures et passions d’un open air avec le confort d’accueil cher aux Helvètes, comme les pieds aux secs, la putz’ et des stands variés pour boire une binche et manger un burger ! Pour ceux qui préfèrent le genre saccadé du trip-hop, les Anglais d’Archive, déjà au programme en 2015, feront trembler les planches le mercredi soir. Ils seront accompagnés des belges de BRNS ou des helvétiques d’Autisti et de Zeal & Ardor.
Ensuite, pour un public genre ‘cool-groove-tranquille-man’ le combo Chinese Man et Puppetmastaz, c’est jeudi avec des marionnettes toutes mignonnes aux chevelures hirsutes et au futal qui tombe sur les chevilles.
Vendredi… Ah, enfin le podium du metal! Avec pêle-mêle du grind, du black et du hardcore tout en beauté avec la distinction qui caractérise ces douces mélopées un brin énervées. Le fest’ clôturera sur une note indus avec des créateurs de la discipline, The Young Gods. Il faut au moins ça pour boucler un circuit qui promet d’être intense, autant au niveau des oreilles qu’au niveau du coeur.

Du côté de l’affiche, j’veux dire le visuel…là où il y a un mec et même p’t’être une équipe qui a planché sur qu’que chose de pas trop immonde, les montagnes se dressent avec fierté dans un style plus épuré que ce à quoi nous étions habitués. La simplicité du papier n’est pas à la hauteur de la qualité musicale en tout cas, tu l’auras compris. Sinon, ben à l’instar du regretté Leysin Rock Festival, y a du dénivelé pour atteindre le site, mais la météo est plus douce (avec du bol !). Prends ton pull quand même, on sait jamais. Côté pognon, y en a pour tous. Au jour, à l’abo, comme tu préfères, et pis si t’es pas content tu peux aller faire une partie de scrabble avec mamie Thérèse. Sinon, si t’es un peu court niveau monnaie, y a toujours Vénec qui prête du blé à des taux pas trop dégueulasses… Quoiqu’il en soit, ne manque pas une expérience estivale comme il peut en exister qu’en Suisse !! Bien que la boue, Dieu merci, ne soit pas au rendez-vous pour cet évènement-ci !

www.rockaltitude.ch