Trois semaines de road trip entre Chicago et Miami, vacances de rêve en famille avec une belle surprise à la clé, la visite du Summer NAMM à Nashville grâce au Daily Rock. Je vais donc vous raconter cette folle péripétie dans sa partie la plus rock’n’roll.


Chicago, ville extraordinaire où les Blues Brothers et Al Capone ont déambulé de long en large, est le début de la mythique route 66 qui traverse les USA depuis le bord du Lac Michigan jusqu’aux plages du Pacifique, à Santa Monica / Los Angeles. C’est également le point de départ de notre road trip, sous le panneau ‘BEGIN, Historic Route 66’, à deux pas du paisible ‘Millennium Park’.

A peine sorti de cette magnifique ville par le Sud, on roule sur cette fameuse route 66 et on plonge déjà dans l’ambiance des sixties, stations-services avec de vieilles pompes à essence et Gemini Giant pour indiquer le meilleur fast food du coin.

On s’arrête au Polk-A-Dot Drive Inn, qui nourrit les routiers depuis 1956, et tout nous rapporte à cette époque bénie des Dieux, jukebox à l’entrée, des couleurs vives, le hamburger à 1,8 dollars, et les toilettes parsemées de photos de Marilyn Monroe pour les hommes et d’Elvis pour les femmes. On est plongé dans une autre époque, un autre monde et cela nous fait un bien fou.

1ère halte à St-Louis où le Missouri se jette dans le Mississipi au pied de la grande Arche en inox de 192 m de hauteur, dressée dans les années 60’ pour commémorer la conquête de l’Ouest.

On repart sur la route du Blues en direction de Memphis, et les notes de la chanson ‘Sur la route de Memphis’ résonnent dans nos têtes en même temps que le paysage défile sous nos yeux ébahis. L’arrivée à Memphis est grandiose, par un immense pont métallique qui enjambe le Mississipi pour nous transporter directement au cœur de la cité du Blues. Direction le Sun Studio pour la visite du mythique label qui a enregistré les premiers titres du rock’n’roll dès les années 50 avec les plus grands artistes de l’époque, d’Elvis à Johnny Cash et de Jerry Lee Lewis à BB King … Un studio chargé d’histoires et tout est resté dans son jus, superbe et nostalgique, une visite très prenante.

Place à la Live music et promenade à travers l’incroyable Beale Street ‘Home of the Blues’, où les clubs se succèdent dans une ambiance de folie, où les notes des groupes live se mélangent au défilé des motos pétaradantes. Nous prenons un bon souper au BB King Blues Club accompagné par un groupe de talentueux, une soirée Blues au cœur du Tennessee, magnifique et hors du temps.

On reste plongé dans les années soixante avec la visite du Motel Lorraine où Martin Luther King a été assassiné le 4 avril 1968. Un musée intéressant sur les droits civiques des afro-américains y est installé et sa visite est très instructive et fait réfléchir sur le racisme et l’esclavage.

Départ pour Graceland et la maison d’Elvis, ses avions, son domaine et son jardin avec sa tombe… Autre moment d’émotion et de recueillement.

Nous quittons Memphis la tête pleine de notes bleues et le sentiment d’avoir vécu une tranche d’histoire de la musique.

A peine remis de nos émotions que la folie Nashville nous accueille. La Music City porte bien son nom, The District, quartier du centre-ville, est rempli de Honky Tonk, de bars rock, de magasins de chapeaux et bottes western, on a atterri en plein cœur de la country musique, génial…

Nous promenant au hasard de ces nombreuses tavernes, je découvre le monumental Music City Center qui m’attire par son architecture moderne et impressionnante. Arrivé dans le hall monumental, je découvre, par hasard, que je suis dans le Convention Center qui abrite le Summer NAMM 2019 ….

Le NAMM show est LE salon des nouveautés de l’industrie de la musique et je tombe dessus le jour d’ouverture, incroyable… Je me presse pour acheter un billet d’entrée et l’on m’annonce que c’est uniquement réservé aux professionnels : musicos, magasins, labels et médias. J’explique donc que je fais partie du staff du Daily Rock et après de longues discussions et vérifications, on m’imprime une accréditation, le sésame qui me permet de visiter le Summer NAMM 2019 en primeur pour vous livrer les nouveautés 2019.

J’entre dans une immense halle et le stand Gibson me saute aux yeux …. Ils jouent à la maison et cela se voit : grande scène, des workshops avec les artisans de Gibson qui expliquent et montrent leur travail, passionnant et impressionnant. Des centaines de Gibson exposées, plus belles les unes que les autres, et la nouveauté du jour, THE Les Paul Standard Anniversary, qui fête les soixante ans de Les Paul, splendide ! Sur leur scène défilent les guitaristes et l’ambiance est sympa et bon enfant. Occupé à contempler les modèles d’exception, la sono crache une voix qui ne m’est pas inconnue, et là, nouvelle surprise, je découvre Bastian Baker qui fait son show sur scène. Nos regards se sont croisés, incrédules, et dans un éclat de rire il annonce au public qu’une connaissance suisse est là aussi …. Applaudissement général et moment improbable. On discute ensemble à la fin de son show et il m’annonce qu’il vient de signer chez Gibson, cool !

Après ce moment surprenant, je vais voir la concurrence, chez Fender, et je peux enfin essayer leur nouveauté ; l’Acoustasonic Telecaster, guitare hybride qui fait tout, belle découverte, avec une possibilité de jouer une multitude de styles, de sons électriques et acoustiques avec une seule et même guitare.

Autre surprise, la première mondiale pour la guitare Ciari qui se plie en deux pour le voyage, ingénieuse, fiable et pratique. Ce sera mon coup de cœur de ce Summer NAMM, et, la cerise sur le gâteau a été l’invitation, par son inventeur et CEO Jonathan D. Spangler, à la soirée de lancement dans un super club de la ‘Printers Alley’ avec des musiciens incroyables qui se sont défoulés sur cette nouvelle guitare, une soirée mémorable et sympathique.

Gretsch propose aussi une nouvelle guitare ‘signature Brian Setzer’ qui en jette et la magnifique EVH, réédition de la fameuse gratte d’Eddie Van Halen.

Visite du stand Godin où l’accent québécois de Mario Biferali, directeur des ventes, m’a attiré… Il m’a fait une démonstration de leur nouveau bijou canadien, toujours une valeur sûre !

Je croise aussi dans les allées Marty Schwartz, que je retrouve souvent pour les tutos de guitare sur le net, un visage si familier, que j’avais l’impression de le connaître depuis longtemps !  Echanges sympas et cordiaux avec un élève venu de la lointaine Suisse.

Après cette magnifique et surprenante visite du NAMM 2019, je repars plein Sud, en direction d’Atlanta, Daytona, Orlando, Fort Myers et Miami pour la fin de mes vacances en famille … La suite est privée et moins Rock’n’Roll, mais ce voyage fut magnifique et la rencontre avec ce coin du monde où l’histoire du rock’n’blues s’est écrite a été magique.

Texte : David Bétrisey

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.