Il y a de cela quatre ans, nous vous annoncions la venue en Suisse des Rival Sons. Nous relevions que d’une certaine manière, et malgré leurs influences rétro, ils représentaient l’avenir du rock… Qu’en est-il aujourd’hui? Et bien force est de constater que malgré nombre de premières parties prestigieuses (Deep Purple, Black Sabbath, AC/DC, Guns n’ Roses, Aerosmith, etc.), le groupe n’a pas encore réussi à passer l’épaule et à remplir des salles de la catégorie supérieure. Il y a quatre ans, on aurait pensé qu’ils feraient le Hallenstadion en 2019. Non, ils sont encore au Volkshaus. Entendons-nous bien, c’est déjà une salle de taille respectable. Et, bien sûr, le concert sera d’une intensité rare, en particulier grâce à ce diable de Jay Buchanan au chant. N’empêche, on a l’impression que ce groupe se fait passer devant par des Greta Van Fleet débarqués de nulle part. Et c’est un peu dommage. Parce que les Rival Sons ont une dimension supérieure (à l’heure actuelle en tous les cas). Espérons que leur nouvel album (Feral Roots, que nous n’avons pas encore écoutés au moment de rédiger ces lignes) leur permettra d’accéder enfin à une reconnaissance plus large. Car elle serait méritée, comme vous le verrez au Volkshaus.

www.volkshaus.ch

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.