Le groupe américain de dream-pop s’enfonce encore plus dans le ‘dream’, comme il est possible car démontré par Christopher Nolan dans ‘Inception’. Sur ‘In Mind’, pas de high tempo, pas de refrain catchy, juste des guitares à échos et quelques pédales de distorsion sur une voix rêveuse. Ce genre d’album que l’on met pour faire la cuisine ou lors d’une longue journée, histoire de détendre les muscles et de partir en ‘daydreaming’ – clairement plus sain que de regarder la télé. La palette d’émotions reste assez restreinte, on abordera les rêveries, les peines de cœur, ou les nouveaux espoirs comme sur ‘White Light’, plus pop et optimiste que les autres. Comme dirait l’autre : ‘ce groupe me donne envie d’avoir seize ans dans les années huitante et de faire du BMX dans les rues de Los Angeles’. [LN]

www.realestatetheband.com

Note:3.5/5