‘Paradise’, ce nom ne vous dit probablement rien, sinon vous seriez venus plus nombreux aux Docks de Lausanne ce mardi d’Halloween pour assister au premier concert de leur tournée européenne.

Pourtant  derrière ce nom peu original se cachent quelques musiciens biens connus, tels que Sivert Hoyem de feu Madrugada, Simone Butler (basse de Primal Scream) et Rob McVey (guitariste auprès de Marianne Faithfull). A la batterie, c’est normalement Rob Ellis, partenaire de longue date de PJ Harvey, mais il a dû déclarer forfait juste avant la tournée pour raisons de santé.

Un groupe bien culotté aussi car ses musiciens ont réussi l’exploit de monter une tournée en ne sortant qu’un petit EP de quatre titres, qui plus est seulement 4 jours avant la première date. Autrement dit, personne ne savait vraiment ce qu’ils allaient proposer lors de cette tournée. Difficile dans ces conditions de miser sur autre chose que l’association de leurs noms en espérant que les fans de leurs groupes respectifs leur fassent confiance.

Reprenons quand même par le début, avec en première partie le concert du groupe Autisti. Sous une belle lumière blanche mais pas froide mais un peu quand même, Louis Jucker s’empare du micro façon stand up et lance des vannes pendant quelques minutes pendant que le groupe fini de se préparer, bien suivi par sa comparse Emilie Zoé. Fin des blagues, branchement des amplis, de la disto et c’est parti pour un set costaud devant un public très clairsemé, mais heureux. Difficile de décrire ce qui a été joué par le trio, mais quand tu prends des photos en tapant du pied et en bougeant la tête, c’est bon signe (sauf pour les photos).

21h45, avec pour seule déco en arrière-fond un grand néon façon motel minable qui indique Paradise, le groupe investit la scène. Dès le premier morceau ‘Humiliation’ (présent sur l’EP), le ton est donné. C’est carré, la voix est juste et tout le monde a l’air surpris que cela sonne aussi bien, y compris le groupe. Les morceaux s’enchaînent sans que je parvienne à les identifier, hormis les 3 autres sur l’EP qui seront joués ce soir.

Si Sivert Hoyem est manifestement très heureux d’être sur scène et remercie chaleureusement le public entre les morceaux, Simone Butler restera bien cachée derrière sa basse durant tout le set à l’extrême droite de la scène. Le light show est très quelconque et oscille entre lumières vertes et rouges. Le son en revanche est vraiment bien mixé et d’une clarté assez rare pour être soulignée.

Parmi les morceaux joués ce soir, j’ai particulièrement apprécié le passage un peu plus calme en milieu de set constitué de ‘Ecstasy’, ‘Crying’ et ‘Headwound’, où la voix de Sivert Hoyem est juste magnifique.

A titre de rappels, nous avons eu droit à deux morceaux présentés comme des nouveautés, qui confirmeront tout le bien de ce concert. Dommage que le public n’ait pas répondu plus présent. C’était déjà le cas l’an passé avec un autre supergroupe, Minor Victories, qui n’avait pas non plus réussi à attirer du monde, malgré un prix des billets très bas. Finalement, l’association de talents a de la peine à convaincre.

Le défi maintenant consiste à trouver d’où sortent les 9 autres chansons jouées ce soir pour pouvoir les réécouter (suggestions bienvenues).

Après le show, le groupe est suffisamment sympa pour venir au merchandising vendre et signer le fameux EP, avant de filer sur Zurich pour le concert du lendemain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.