Vous en avez marre des festivals trop grands, des kilomètres qui vous séparent des différentes scènes, du bar bondé avec une serveuse qui sert tout le monde sauf vous ? Vous avez quand même envie de voir certains groupes mais pas entre deux sacs à dos et un couple tout en étant finalement bien trop loin pour apercevoir le nouveau tatouage du chanteur de…Terror par exemple (quoi qu’on s’en fout mais c’est mieux qu’un sac à dos) ? Soyer bénis les amis car tout cela existe en Suisse. Et c’est à Gränichen que se trouve l’eldorado du festival pour les amateurs de petites surfaces de jeu. Vous trouverez également tout le confort nécessaire : deux bars (c’est important). Bien que l’on ne traverse par la Suisse pour boire (quoi que…), l’affiche elle, est vraiment dans la case ‘réussite’. Débutons avec cette bonne nouvelle, Terror donc, qui avait dû annuler l’an passé, tient promesse et sera de la partie pour cette édition. À cela il est important d’ajouter que leur EP sorti en avril dernier ‘The Wall Will Fall’ et une pure tuerie, et je ne vous raconte même pas l’équipe en live ! Pour assurer le bon dosage hardcore, Broken Teeth et les suisses de Insanity ajoutent un peu plus de coups de poings à la prog, avis aux amateurs. Deuxième grosse annonce, Turbonegro exposera sur scène son glam punk acclamé et ultra adoré, nul doute possible que les vestes en denim du fanclub ‘Turbojugend’ seront dans le paysage. Le punk underground chantant quant à lui sera représenté haut la main grâce à la programmation d’Anti-Flag. Nos crêtes US détenteurs de nombreux tubes vont faire chauffer les tireuses à bières ! Avant de tourner cette page punk, laissez-moi vous parler d’un artiste qui défendra seul sur scène des compositions, elles aussi bien punk-rock, tissées d’une voix rauque superbement maitrisée : Migre le tigre. Cet autodidacte ne fait qu’un avec sa guitare et que l’on soit en grand nombre ou en petit comité autour d’un feu, ce monsieur sait captiver son audience. Un concert qui s’annonce sincère et captivant. Faisons à présent le grand écart sur un style : costumes plumés, voix synthétisées, electro au son aussi ténébreux que magique flirtant avec Sigur Rós, voici l’épopée nommée Nordic Giant. Une expérience autant scénique qu’auditive, le ‘must be seen’ de ce rendez-vous ! Maintenant, si je vous dis Phil Campbell, les plus avertis feront le lien avec Lemmy. Et oui, guitariste de Motörhead jusqu’en 2015, il a posé sa griffe sur bien des titres du mythique groupe. En solo avec les Bastard Sons vous aurez même le plaisir d’entendre des titres de Motörhead sur scène, vive la vie ! Sinon pour le côté folk sentimental, je vous propose de vous attarder lors du concert de Bob Spring & The Calling Sirens et d’honorer la belle Cellar Darling (ex- Eluveitie) qui ajoutent encore quelques étoiles à cette brillante programmation. Le Gränichen nous vend du rêve et c’est exactement la définition qu’on attendait d’un festival !
www.openairgraenichen.ch

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.