OZZY OSBOURNE I Hommage au (grand-)père du heavy metal

Ode à un personnage attachant

1968. L’industrie des Midlands inspirait à Black Sabbath un rock lourd, lent et sombre, aux antipodes du «love & peace» en vogue. Avec Ozzy aux manettes, ce groupe allait changer la face du rock. Amis de la poésie…

Fils d’ouvrier tout sauf gâté

Sans aucune cuillère argentée

Chez les Osbourne pas de piscine

Seulement le grand bruit des machines

Un jour dans une Birmingham en brume

Avec en poche pas plus d’une thune

Au monde Ozzy a révélé

Un style nouveau, un rock plombé

Avec Toni, Bill et Geezer

Vous a fallu que quelques heures

Pour enfanter comme par prodige

Un opus orné de prestige

Ainsi la géhenne accoucha

D’un combo appelé Noir Sabbat

Sorcières, diables et magiciens

Peuplant vos lugubres refrains

Plus encore que les Rolling Stones

Toute la journée vous étiez stone

Plus que Morrison, McCartney

Au L.S.D. vous vous shootiez

Le fracas des métallurgies

Ont engendré des mélodies

Lesquelles aujourd’hui encore

Evoquent froideur, effroi et mort

Gros riffs bien sombres et inquiétants

Voix caverneuse comme incantant

Basse hypnotique et fûts en feu

Un son à damner Jean Paul 2

Coquins, vous faisiez bien semblant

D’être au service du grand Satan

Alors que seulement aux beatniks

Vous cherchiez à faire la nique

Dans des chansons provocatrices

Tu aimes à épingler les fils

D’un Dieu que pourtant tu respectes

Même si tu penses qu’il te suspecte

Loup-garou sur Bark at the moon

Moins effrayant que Dany Boon

Mutant, démon ou derviche

Tes yeux sont ceux d’une faible biche

Ta Sharon de femme t’énervait

Vite tu la défénestrais

Pas étonnant que Jack et Kelly

Aient tout à coup autant grossi

Ecrivant Suicide solution

Tu ne te doutais qu’un garçon

Mal dans sa peau et mal-aimé

Tes paroles allait appliquer

Et quand au Texas tu pissas

Contre la statue de l’inconnu soldat

Cette sale hypocrite Amérique

Intentait l’action juridique

C’est si dommage qu’à présent

Ton chien, ton chat, tes enfants

Sur MTV tu prostitues

Pour quelques maigres dollars de plus

Et comme tous les plus grands rockers

Tu démontres être un homme de cœur

En offrant aux victimes du tsunami

Deux cents mille francs de ta crousille

La preuve qu’on peut à la fois être

Bel humain et prince des ténèbres

Bref t’es pas plus diabolique

Qu’un employé du service public

A présent tous te rendent hommage

Pour dire bien haut et sans ambages

Que sans toi pas de metal

Black, doom, gothique ou infernal

Reznor, Lemmy, Dickinson

Simmons, Mustaine et Manson

A la base de ces vocations

On retrouve toujours ton nom

Si dans nos classes enfantines

Au lieu de ces sottes comptines

Paranoid on apprenait

Quelle folle jeunesse on formerait!