Cette année encore (et heureusement!) l’équipe de l’Octopode Festival nous offre des concerts gratuits d’une vivacité à faire blêmir les méduses, même si elles sont déjà pas mal transparentes. Deux scènes donc, la Nautilus (ou grande scène) et Neptune (ou petite scène) ( non, y a pas de moyenne scène…Commence pas, hein ! ). Des petits groupes s’y produiront…non j’déconne, des pointures plutôt ! Juge un peu : Children of Bodom dans sa volupté ténébreuse et tremblante de malveillance, Dagoba avec son énergie inépuisable, roi des circles pit et des walls of death et Deep Kick, les gueules d’anges neuchâteloises qui cachent bien leur talent entre rock , math metal genre ‘non, mais nous ça va, on gère’, sur la grande scène. Ultra Vomit répandra sa finesse, sa délicatesse et sa poésie célèbre vers l’infini et l’au-delà, Voice of Ruin investira les vestiges de la terreur, et CardiaC nous chantera une berceuse avec un set acoustique sur la seconde scène. Tout ça pour le vendredi 25 août seulement ! L’Octopode avait déjà ébranlé et fissuré les racines des arbres et les nuques des métalleux en 2016 avec Eths, Sonata Arctica et Derivate. C’est gentil de nous avoir laissé une année pour panser nos blessures, même si on est loin d’avoir été au repos côté concerts, en fait.

Ce festoche a l’originalité de servir de promenade digestive à tout un public qui s’ignore. Les badauds curieux et fouineurs du coin vont et viennent entre les amateurs de metal, de rock, de ska et de reggae. Ce qui donne une note insolite à l’ensemble. Avant et après les concerts, une animation déjà habituée au rendez-vous : Rosalie. Un concept musical itinérant sympatoche de sub-système monté sur un vélo à quatre places pour faire patienter les chevelus, les tondus, les barbus, les crêteux et les princesses.

Pour le samedi, une soirée rocksteady et reggae est prévue, mais pour le moment c’est encore secret…chuuut ! Sinon sur place si tu veux boire : tu peux, si tu veux manger : tu fais comme tu veux, si tu veux danser : échauffe-toi avant, si tu veux rien foutre : fais la gueule dans un coin, si tu veux crier à t’en faire extraire les cordes vocales par un moine hipster (à chacun ses goûts) : tu peux aller explorer les goguenots, et si tu veux conclure : protège-toi ! Après tu peux aussi juste venir écouter de la musique, de la vraie qui pique les yeux, chatouille les slips, réveille les morts et fait se trémousser Mr.Bean et ses acolytes. Viens en famille, viens avec ton quartier, mais pas en mode West Side Story, ok. Prends le tram, ton vélo, tes petons, ta voiture, ton skate ou tes mains, mais bouge-toi pour ce dernier rendez-vous avant la rentrée, ben ouais, faut quand même le souligner. Et tout ça, c’est complètement gratuit ! En fin de soirée, si t’es trop bourré pour marcher jusqu’à ta masure, pas d’soucis ! Tu peux toujours rouler jusqu’à la gare au moins !

www.octopode.ch